Finistère

Agroalimentaire

Tilly-Sabco se diversifie avec Ecomiam, concept de vente en circuit court

Par Christian Curtenelle, le 04 septembre 2009

Daniel Sauvaget, PDG de Tilly-Sabco, à Guerlesquin (Finistère), a lancé Ecomiam sur toute la Bretagne. Un concept de vente de viandes en circuit court. Une initiative qui se veut une anticipation à un avenir incertain.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Face à une conjoncture économique difficile, Daniel Sauvaget a décidé de passer à l'action. Le dollar aux performances aléatoires, quand 80 % du chiffre de Tilly-Sabco est réalisé dans cette devise. La menace de disparition des restitutions à l'exportation à l'horizon 2013 qui représentent 20,5 millions d'euros pour 100 millions de chiffre d'affaires l'an dernier. Un pouvoir d'achat « durablement » en berne... Les motifs d'inquiétude sont nombreux pour l'abattoir finistérien. « Je ne pouvais pas rester les bras croisés », explique son patron Daniel Sauvaget.

L'entrepreneur se lance alors avec 50.000 € de fonds propres. Son idée : vendre à prix compétitif une gamme limitée de produits carnés de qualité aux particuliers à partir de camions réfrigérés sillonnant les villes. Quelques enseignes d'outillage ont bâti leur succès sur cette forme de distribution, mais c'est a priori la première fois qu'elle est appliquée au commerce alimentaire.

55 M€ à l'horizon 2012

Lancé en pleine guerre sur le prix du lait, Ecomiam se distingue par la transparence affichée dans la relation avec ses fournisseurs : le groupement de producteurs des Monts d'Arrée pour le poulet, Prestor Cecab pour le porc et Cialyn, pour le steak haché de boeuf. La répartition de la structure du prix de vente annonce un retour de 49,51 % à 54,29 % aux producteurs, selon le produit.

Avec un CA de 1,8 million d'euros cette année, Daniel Sauvaget, qui se félicite des premiers résultats, table sur un objectif de 55 M€ en 2012, avec à terme 180 villes françaises desservies et 60 salariés. Pas de quoi affoler la grande distribution: un hypermarché Auchan réalise, en moyenne, un chiffre de 142 M€. Mais c'est l'espoir d'une bouffée d'oxygène pour les producteurs et une aubaine pour les consommateurs.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail