Finistère

Numérique

Ticket to Pitch : l'écosystème numérique de la pointe bretonne largue les amarres

Par Isabelle Jaffré, le 30 septembre 2019

Pour sa quatrième édition, Ticket to Pitch organisé par la French Tech Brest +, était accolé à l'événement national Big Up for start-up. Si les grands groupes sont désormais présents, l'exercice reste une opportunité pour les PME et ETI locales de rencontrer des start-ups à même de les aider dans leur transformation digitale.

La "photo de famille" des 150 participants au Ticket to Pitch 2019.
La "photo de famille" des 150 participants au Ticket to Pitch 2019. — Photo : © Isabelle Jaffré

Pour cette 4e édition, Ticket to Pitch a évolué sans changer. L’événement automnal et décontracté de la French Tech Brest + est devenu, au même titre que le West Web Festival, un incontournable rendez-vous de l’écosystème numérique de l’Ouest breton. À bord du ferry de la Brittany Ferries, Pont-Aven, les start-up se « confronteront » aux attentes de la dizaine d’entreprises présentes, lors d’entretiens formels de 5 minutes ou d’échanges plus informels.

Grands groupes, ETI et PME face aux start-up

Désormais accolé à l’événement national de la French Tech, Big up for start-up, le rendez-vous des ETI et des start-up bretonnes, a cette année accueilli quelques grands groupes : Orange, Transdev, Enedis, Thales, Crédit Agricole… « Cette ouverture nous a permis d’attirer des start-up d’un peu plus loin que d’habitude : Rennes, Nantes, etc. », souligne Frédéric Nicolas, le délégué général de la French Tech Brest +.

Depuis 4 ans, Ticket to Pitch rassemble entreprises et start-up sur le ferry Pont-Aven pour des rendez-vous d'affaires.
Depuis 4 ans, Ticket to Pitch rassemble entreprises et start-up sur le ferry Pont-Aven pour des rendez-vous d'affaires. - Photo : © Isabelle Jaffré

Mais l’événement a tout de même conservé son atout territorial avec la venue d’ETI comme le groupe morlaisien Simon-Chouteau (Profil +, 1 200 salariés, 235 M€ de CA). La French Tech Brest + a aussi élargi le cercle des entreprises à quelques PME du territoire en fort développement, à l’image de Technature (160 salariés ; 20 M€ de CA en 2017), la Brasserie de Bretagne (48 salariés, 11,5 M€ de CA en 2018) ou encore la Serrurerie brestoise (65 salariés, 11 M€ de CA en 2018).

Relation clients, big Data, IA…

Le 27 septembre, tous ont embarqué à Roscoff pour un petit tour en mer et une journée où il a beaucoup été question de digitation des entreprises, expérience utilisateur, Big Data, 5G, relations clients, etc.

Olivier Dacquin, directeur général du groupe Simon-Chouteau (Profil +), y participait pour la première fois. Le local de l’étape y a vu une occasion de se rapprocher de start-up. « Dans notre domaine (la vente de pneus, NDLR), nous sommes un peu loin de l’innovation, de la digitalisation. Pour autant, on s’y intéresse, explique-t-il après une matinée de premiers rendez-vous dont il ressort satisfait. Si nous vendons tous les mêmes produits, la différenciation se fait sur la relation client notamment. Nos métiers sont manuels, donc nous avons également une problématique de qualité de vie au travail. Sur tous ces sujets, des start-up peuvent nous aider. »

Pierre Morvan, le patron de Technature, fabricant de cosmétiques au Relecq-Kerhuon et Dirinon, a, lui aussi, cette envie de rapprochement avec les start-up. Objectif : répondre à de nouveaux enjeux tels que la communication, l’analyse prédictive, l’expérience utilisateur… « J’ai besoin de vous pour aider mes salariés qui me disent de les laisser faire leur travail, qu’ils en ont assez d’avoir à cliquer partout. Il faut leur simplifier certaines tâches » a-t-il lancé en se présentant, en préambule de la journée.

Lors de Ticket to Pitch, des rendez-vous d'affaires de 15 minutes ont lieu entre entreprises et start-up.
Lors de Ticket to Pitch, des rendez-vous d'affaires de 15 minutes ont lieu entre entreprises et start-up. - Photo : © Isabelle Jaffré

Côté start-up, l’avantage d’un tel rassemblement est évident : avoir accès en une seule journée à plusieurs clients potentiels. Erwan Le Méné, co-dirigeant d’Ecotree (25 salariés, 2 M€ de CA) est un habitué de Ticket to Pitch. C’est même sur ce même ferry, l’année dernière, que la start-up brestoise qui propose d’investir dans les arbres, a conclu un contrat avec Orange. Deux mois plus tard, le groupe français a lancé une opération de Noël : pour chaque box achetée, un arbre d’Ecotree offert. Cette année, le dirigeant profite de l’exercice de « pitch » à répétition pour lancer l’un des deux commerciaux récemment embauchés à Brest. « Je le laisse s’adapter à l’argumentaire commercial », sourit-il. Lui en profite pour envoyer des mails mais aussi échanger avec d’autres participants.

Le pouls de l’écosystème numérique

Car pendant que les rendez-vous s’enchaînent pour les dirigeants de start-up et d’entreprises, une autre catégorie de participants échange aussi sur le navire. Également acteurs de l’écosystème, les collectivités, associations, fonds d’investissement, la Banque de France, etc. ont aussi des représentants à bord pour prendre le pouls de cet environnement économique en quelque sorte.

Certains avaient, en plus, des choses à présenter, à l’image de Loïz Fily. Connu en Bretagne pour avoir cofondé la start-up Penn ar Box, il a aujourd’hui rejoint l’association. bzh, qui gère l’extension internet de la Bretagne. En charge du dossier de l’émoji du drapeau breton, il est venu sensibiliser les entreprises présentes sur le sujet. « Cela peut paraître anodin, mais il y a beaucoup d’enjeux derrière, culturel, sportif, mais aussi économique. Si l’émoji est choisi, il intégrera la bibliothèque Unicode et sera ainsi disponible sur 5 milliards de smartphones ! » Produit en Bretagne, Cadiou Industrie, Armor Lux, Sabella, Kermarrec sont parmi les premiers soutiens au projet. « Nous organiserons une opération de communication début 2020. Nous venons de lancer un crowdfounding sur kengo.bzh. Nous discutons avec des plateformes (Twitter) pour faire une phase de test et démontrer à Unicode l’utilité de cet émoji », explique Loïz Fily.

Vers 17h, le navire de Brittany Ferries revient déposer les participants à Roscoff avant de naviguer vers l’Irlande. Avec la promesse de Christophe Mathieu, le président du directoire de la compagnie, fidèle partenaire de l’événement, de repartir pour une 5e édition en 2020.

La "photo de famille" des 150 participants au Ticket to Pitch 2019.
La "photo de famille" des 150 participants au Ticket to Pitch 2019. — Photo : © Isabelle Jaffré

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.