Finistère

Biens de consommation

Technature : le phénix de la cosmétique vise 25% de croissance en 2019

Par Jean-Marc Le Droff, le 11 juillet 2018

Un an et demi après avoir vu l'un de ses sites de stockage et de production de produits cosmétiques ravagé par un incendie, Pierre Morvan est parvenu à maintenir Technature en croissance. Après avoir réalisé 20 millions d'euros de CA en 2017, il vise les 25 millions d'euros pour son prochain exercice.

Entré chez Technature comme stagiaire au début des années 2000, Pierre Morvan a repris l'entreprise en 2010. — Photo : Jean-Marc Le Droff - Le Journal des entreprises

« Nous sommes spécialisés dans la création de produits cosmétiques sur-mesure pour des tiers : nous créons en permanence de nouveaux que nos clients intègrent dans leur gamme », entame Pierre Morvan, président de Technature, une entreprise créée en 1996 à Dirinon, dans laquelle il est entré comme stagiaire au début des années 2000 et qu'il a repris en 2010. Des produits destinés aux grandes marques de beauté, mais aussi à des centres esthétiques (instituts, spas…) ou encore à la vente au détail. Au total, Technature livre ainsi chaque année plus de 1 500 marques dans une cinquantaine de pays et à travers 500 clients, et est notamment devenu une référence mondiale dans le domaine du masque "peel-off".

« Nous retombons sur nos pattes, et nous sommes même devenus plus forts ! »

En 2016, Technature rachète les laboratoires Science et Mer, au Relecq-Kerhuon, leader dans la fabrication de produits cosmétiques à destination de la thalassothérapie. Las. Un an plus tard, un incendie ravage les laboratoires fraîchement acquis. Un coup dur pour Pierre Morvan, et le début d'un an et demi d'une gestion de crise qui porte aujourd'hui ses fruits et lui a valu de recevoir le prix de la croissance de BpiFrance l'année dernière. « Je ne vous cache pas que ça n'a pas été simple. Pour les équipes qui ont été mises à rude épreuve, mais aussi pour certains clients dont on ne parvenait pas à assurer la production… Aujourd'hui on voit le bout du tunnel et on retombe sur nos pattes. Nous sommes même devenus plus forts ! », confie celui qui réalisait 20 millions d'euros de chiffre d'affaires avant l'incendie, et vise les 25 millions pour 2019.

Doublement de la capacité de production

« Plutôt que nous morfondre, nous avons fait tout l'inverse en nous préparant immédiatement au redémarrage de l'activité et à passer le prochain palier. Nous avons aussi continué à faire des salons à l'international et à nous développer commercialement… Et bien que notre laboratoire de R & D ait été impacté, nous avons réussi à continuer à sortir de nouveaux produits pendant la période de crise », explique celui dont les équipes sortent deux à trois innovations par an. Contre toute attente, le sinistre aura aussi eu un impact positif : « L'incendie nous a notamment contraints à louer un site logistique. Maintenant que nous y avons goûté, on ne pourrait plus s'en passer », explique-t-il.

Côté production, avec la réouverture de son site du Relecq-Kerhuon mi-juillet, il sera passé de 8 000 à 13 500 m² de surface de production dernier cri. « Nous avons profité de la reconstruction de l'usine pour monter en gamme et la rendre plus qualifiée. En un an, nous aurons doublé notre capacité de production et on attend une croissance de 25 % de notre chiffre d'affaires pour 2019 ». Côté effectifs, malgré quelques défections durant la période de crise, Technature a continué à embaucher. De 120 salariés à l'époque, l'entreprise en emploie désormais 150. « On prévoit une dizaine d'embauches supplémentaires d'ici la fin de l'année », conclut Pierre Morvan. 

Entré chez Technature comme stagiaire au début des années 2000, Pierre Morvan a repris l'entreprise en 2010. — Photo : Jean-Marc Le Droff - Le Journal des entreprises

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture