Quimper

Loisirs

Sportrizer veut faire la pluie et le beau temps sur le marché du loisirs outdoor

Par Isabelle Jaffré, le 19 novembre 2019

La start-up quimpéroise Sportrizer boucle actuellement une levée de fonds. Son objectif : s'étendre en Europe, grâce à de nouveaux services, comme la météo, notamment.

Yann Amice, Tom Marsal et Mathieu Romeuf sont les trois associés de Sportrizer.
Yann Amice, Tom Marsal et Mathieu Romeuf sont les trois associés de Sportrizer. — Photo : © Isabelle Jaffré

Le créateur

À l’origine de Sportrizer (11 salariés, CA NC), il y a une idée simple : « aider les professionnels des loisirs de plein air à compléter leurs cours », explique Tom Marsal, le président et cofondateur avec Fabien Herlédan (aujourd’hui parti) et Mathieu Romeuf de la start-up quimpéroise. C’est en mai 2016, que les trois associés créent, à la cantine numérique, leur plateforme où sont référencées toutes les offres d’activités extérieures bretonnes. Cet été, l’équipe dirigeante s’est étoffée avec l’entrée au capital de Yann Amice, entrepreneur mais aussi météorologue pour les athlètes olympiques en voile et en ski. Sa mission est de développer un service météo chez Sportrizer.

Le projet

Ce nouveau service, une entité à part entière, doit permettre à Sportrizer de générer davantage de trafic sur sa plateforme. « Nous allons proposer une météo précise pour chaque activité, chaque spot. On va également pouvoir proposer des alternatives d’activités, en fonction de la météo », détaille Yann Amice.

Car après la Bretagne, Sportrizer est allé chercher des professionnels des loisirs d’extérieur partout en France, à la mer, la campagne, la montagne… Surf, ski, yoga, saut en parachute, etc. Autant d’activités désormais présentes dans leur catalogue qui s’étoffe à vitesse grand V. « Nous avons signé des partenariats avec trois logiciels de gestion utilisés par les professionnels pour gérer la caisse et le planning de leurs cours. Ils nous proposent comme plateforme de commercialisation et nous sommes très souvent choisis. Ça nous a fait faire un bond tellement important cet été qu’on a d’abord cru à un bug ! Auparavant, nous signions un contrat par jour contre 3 aujourd’hui. »

Un succès dû à la particularité de Sportrizer, selon son patron : « Nous proposons des places qui sont réellement à prendre, a contrario des smartbox par exemple, où il faut trouver une disponibilité. Notre plateforme a accès au stock réel des professionnels et gère également toutes leurs grilles tarifaires : dégressif, abonnement, réduction, etc. Nous sommes les seuls à le faire », indique Tom Marsal.

Les perspectives

Désormais, la start-up vise l’Europe et boucle actuellement une levée de fonds. « C’est très bien parti car nos mentors nous ont tout de suite indiqué qu’ils souhaitaient investir. Cela représente déjà un tiers de ce que nous recherchons », se félicite le président. Ce dernier vise une levée de fonds de 600 000 euros en equity, avec une rallonge via les partenaires bancaires et institutionnels (Région Bretagne, Bpifrance, etc.) pour atteindre environ 1 M€. Nous n’avons que l’embarras du choix, donc nous misons sur des investisseurs qui nous apportent de la valeur grâce à leur expérience et leur réseau. »

Yann Amice, Tom Marsal et Mathieu Romeuf sont les trois associés de Sportrizer.
Yann Amice, Tom Marsal et Mathieu Romeuf sont les trois associés de Sportrizer. — Photo : © Isabelle Jaffré

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.