Finistère

Agriculture

Nectra en pleine éclosion

Par Isabelle Jaffré, le 10 septembre 2018

L'entreprise Nectra, à Plouvorn (Finistère), spécialisée dans les machines pour couvoirs et laboratoires de santé animale créée début 2016, est en forte croissance grâce à des innovations d'automatisation, de robotique, de mécanique, etc.

Nectra fabrique tous type de machines destinés aux couvoirs, du simple lavage des œufs à la vaccination in ovo.
Nectra fabrique tous type de machines destinés aux couvoirs, du simple lavage des œufs à la vaccination in ovo. — Photo : © Isabelle Jaffré - Le Journal des entreprises

Dès son lancement en 2016, Nectra avait pour ambition d’être une entreprise novatrice en biomécanique, avec un objectif de 40 % du chiffre d'affaires issus de ses solutions innovantes. Fabricante de machines automatisées pour couvoirs et laboratoires basée à Plouvorn, dans le Finistère, l’entreprise a été créée par le docteur vétérinaire Ephrem Adjanohoun. Un patron déjà expérimenté dans le domaine puisqu’il avait auparavant créé E-Cat.

« Environ 40 % de notre équipe (50 salariés dont 36 à Plouvorn, NDLR) est dédié à l’innovation », confie le dirigeant. Les pièces de prototypes et prototypes montés occupent d’ailleurs une partie des bureaux et de l’atelier. « Nous avons une gamme, mais notre force est de proposer de nouvelles fonctions, tout en s’adaptant aux demandes et besoins de nos clients. »

Mirage et sexage

L’entreprise innove de deux façons. Elle apporte d’abord des fonctions nouvelles sur des produits traditionnels. « Nous sommes par exemple à la pointe sur ce qu’on appelle le mirage (détecter la vie dans les œufs et les caractéristiques, NDLR) de façon très précoce, grâce à des technologies non-invasives, comme l’imagerie et l’analyse spectrale », décrit Ephrem Adjanohoun.

Ephrem Adjanohoun, créateur et dirigeant de Nectra.
Ephrem Adjanohoun, créateur et dirigeant de Nectra. - Photo : © Isabelle Jaffré - Le Journal des entreprises

Autre exemple, Nectra a mis au point une nouvelle façon de mettre les œufs dans le bon sens pour éclore (la base en bas), en repérant où se trouve l’embryon sans toucher les œufs. « Traditionnellement, les œufs sont roulés sur un tapis et comme ils ne sont pas parfaitement symétriques, cela permet de les trier. Mais cela engendre des fêlures, ce qui n’arrive pas avec notre méthode », relate le dirigeant.

L’entreprise innove aussi sur de nouvelles fonctionnalités comme le sexage automatique à l’aile ou le sexage des œufs - la détermination du sexe du futur poussin. « Nous ne sommes pas les seuls, mais nous sommes dans la course. La technologie existe mais la commercialisation sur le marché devrait intervenir d’ici un à trois ans, étant donné les cadences à respecter, les exigences de l’industrie, etc. », projette le patron. Cette technologie devrait ainsi permettre de trier très tôt les œufs utilisables pour les éleveurs de poules pondeuses, par exemple.

Marché mondial

Depuis deux ans, Nectra est en forte croissance et cela devrait continuer. « C’est normal pour une entreprise en lancement », tempère le dirigeant. Le chiffre d’affaires devait atteindre entre 3 et 4 millions d’euros en 2018, dont 85 à 90 % à l’export. « Nous restons discrets sur notre chiffre d’affaires, car nous sommes peu sur notre marché, qui est mondial et très concurrentiel », sourit le patron. Avec une poignée d’entreprises dans le monde qui fabrique ce type de machines, chaque chiffre est une donnée sensible.

Nectra fabrique tous type de machines destinés aux couvoirs, du simple lavage des œufs à la vaccination in ovo.
Nectra fabrique tous type de machines destinés aux couvoirs, du simple lavage des œufs à la vaccination in ovo. — Photo : © Isabelle Jaffré - Le Journal des entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.