Finistère

Réseaux économiques

Léa Poplin prend la direction générale de la CCI métropolitaine Bretagne Ouest

Par Isabelle Jaffré, le 01 décembre 2022

Léa Poplin a succédé le 21 novembre 2022 à Mériadec Le Mouillour à la direction générale de la CCI métropolitaine Bretagne Ouest. Elle a notamment été sous-préfète de Châteaulin en 2020 et était jusqu'en 2022 sous-préfète de Lannion.

Léa Poplin est la directrice générale de la CCIMBO depuis novembre 2022.
Léa Poplin est la directrice générale de la CCIMBO depuis novembre 2022. — Photo : Isabelle Jaffré

La nouvelle directrice générale de la CCI métropolitaine Bretagne Ouest (CCMBO) a pris ses fonctions le 21 novembre 2022. Elle succède à Mériadec Le Mouillour qui a fait valoir ses droits à la retraite. Il occupait ce poste depuis janvier 2017.

Léa Poplin est une nouvelle venue dans le monde consulaire. Elle a fait partie pendant 12 ans de l’administration pénitentiaire, dirigeant notamment la maison d’arrêt de Villepinte (350 salariés directs, 1 200 détenus). Elle a ensuite rejoint le corps préfectoral en 2018.

Ancienne sous-préfète de Châteaulin

La nouvelle directrice générale, Normande d’origine, n’est cependant pas une inconnue en Bretagne et en Finistère. Elle a notamment été sous-préfète de Châteaulin en 2020 et était jusqu’en 2022 sous-préfète de Lannion.

Léa Poplin arrive à la direction de la CCI finistérienne alors que les entreprises se trouvent chahutées par les suites de la crise Covid, la guerre en Ukraine et la hausse des coûts de l’énergie. Un défi qu’elle se dit prête à relever. "Je suis là pour être combative", explique-t-elle, exposant ses raisons pour rejoindre la CCIMBO. "D’abord, parce que je crois à la force du réseau consulaire, explique-t-elle. La dimension managériale m’intéresse (la CCIMBO emploie environ 1 000 salariés, NDLR). Ensuite, en tant que sous-préfète j’ai pu découvrir le développement économique. Je suis là pour accompagner les élus de la CCI dans leur plan de mandature et porter cette feuille de route pour le développement des ports, de la formation, etc. Il y a beaucoup de choses à faire."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition