Industrie

Le Guellec : Ouest Croissance au capital

Par Isabelle Jaffré, le 08 novembre 2013

L'entreprise de Douarnenez spécialisée dans la fabrication de tubes change de fonds d'investissements. Son dirigeant devient actionnaire majoritaire.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Nouveau changement de capital pour Le Guellec à Douarnenez. François Körner, déjà dirigeant de la société spécialisée dans la fabrication de tubes métalliques, prend le contrôle de 72 % du capital. L'actionnaire majoritaire depuis 2008, le fonds d'investissement parisien Ciclad, cède sa place au capital investisseur Ouest Croissance, qui possède désormais 23 %. Le reste du capital est détenu par 11 cadres dirigeants. Réalisée juste avant la crise, la prise de participation ne s'était pas faite sans remous avec un chiffre d'affaires en baisse de 23 % dès la première année et un feuilleton juridique lié à une salariée indélicate, condamnée par la suite. Depuis, l'entreprise de 70 personnes a retrouvé son niveau de chiffres d'affaires de 2007, au-delà de 8 millions d'euros.

Sous-traitant pour Airbus

Spécialiste de la fabrication de tubes métalliques de précision par étirage à froid depuis 1946, Le Guellec travaille pour le secteur aéronautique (45 % de sa clientèle), surtout pour Airbus. « Nous avons une exclusivité avec eux pour des tubes très minces d'échange air - air qui entrent dans la fabrication du système de condensation. Nous sommes sous-traitant de rang 2 ou 3 », indique le dirigeant. Entre 40 et 50 % du chiffre d'affaires de l'entreprise se fait à l'export : Europe, États-Unis, Israël, Inde, Brésil, etc. « En 1966, les dirigeants étaient venus de Paris à Douarnenez, leur ville d'origine, pour participer au pôle électronique breton. Ça n'a jamais marché. Aujourd'hui, nous n'avons aucun client en Bretagne », remarque François Körner.

Objectif : croissance de 3 à 7 %

L'entreprise possède cependant un réseau de huit agences commerciales dans le monde. À Douarnenez, elle occupe une parcelle de 14 000 m² dont près de 5 000 m² de bâtiment. Profitant de la bonne santé du secteur aéronautique, le président souhaite « poursuivre une croissance digeste et régulière de l'ordre de 3 à 7 %, en phase avec les capacités de production de l'entreprise », avance-t-il. Il souhaite également se renforcer le Service Recherche et Développement interne à l'entreprise. « C'est un service de quatre personnes très important, car nous n'avons pas de catalogue. Tout est fait sur-mesure. Nous sommes sur le marché du hors standard. » Par ailleurs, « un rapprochement avec une entreprise partenaire aurait du sens à moyen terme », ajoute François Körner. Le dirigeant a déjà examiné quelques dossiers, qui n'ont pas abouti. Il continue ses recherches en France comme à l'étranger.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition