Finistère

Agroalimentaire

Le groupe Even à la manoeuvre pour rebondir après la crise

Par Jean-Marc Le Droff, le 09 juillet 2020

Après quatre mois de crise sanitaire, la coopérative laitière Even, basée à Ploudaniel dans le Finistère, a enfin pu tenir ses assemblées de sections territoriales. L'occasion de faire le point sur la santé du groupe et sur ses perspectives de rebond.   

Au sein d'une usine du groupe agroalimentaire coopératif Even dans le Finistère
Alors que l'horizon s'est dégagé en 2019, le groupe agroalimentaire breton Even va devoir mettre les bouchées doubles pour faire face à la crise. — Photo : © Emmanuel Pain

Malgré des marchés toujours plus volatils et chahutés, le groupe agroalimentaire coopératif finistérien Even (6 220 salariés, 2,3 milliards d'euros de CA) était parvenu à maintenir le cap en 2018 avec un chiffre d’affaires stable à 2,2 milliards d’euros et une trentaine d’emplois créés. Une tendance qui s’est confirmée en 2019, année qui aura été marquée par la reprise des marchés laitiers au second semestre.

De quoi permettre au groupe de consolider son chiffre d’affaires à 2,3 milliards d’euros, soit une augmentation de près de 100 millions d’euros par rapport à l’exercice 2018 (+ 4,4 % à périmètre constant). De quoi aussi poursuivre sa stratégie de développement à travers trois chantiers importants qui se sont concrétisés : la création d’une unité de flacons pour la nutrition clinique, la mise en service de son nouvel atelier de pré-emballage de fromage à Ploudaniel et la poursuite de la digitalisation de son pôle distribution. En 2019, les investissements corporels du groupe se sont ainsi élevés à près de 60 millions d’euros.

Exportations et restauration hors domicile en berne

Un élan stoppé net par la crise sanitaire du coronavirus, durant laquelle Even est malgré tout parvenu livrer la nourriture pour les animaux de ses adhérents et à collecter et valoriser la totalité de leur lait, en se concentrant sur l’essentiel et en limitant la largeur des gammes. « Pour autant, en produits de grande consommation, la forte augmentation de la demande en grandes surfaces durant le confinement (+20 % pour les fromages, beurres et crêpes) ne permettra pas de compenser le recul important des exportations et la suspension d’activité de la restauration hors domicile », indique le groupe.

Et les pertes sont lourdes. « Le marché des ingrédients laitiers a subi une baisse de 20 à 30 % en prix et en volume en raison de l’attentisme des clients et des restrictions à l’exportation. La nutrition santé a bénéficié d’une demande très soutenue de la part des hôpitaux, mais a dû faire face à des difficultés logistiques. En raison de la fermeture des écoles et restaurants, le pôle Distribution paye un lourd tribut à la crise de la Covid-19. Ses activités de restauration hors domicile déplorent une baisse d’activité de 80 % qui a entraîné le chômage partiel de 1 600 salariés. La vente à domicile, qui ne représente qu’une part relative de l’activité du pôle, a, en revanche, connu un regain d’activité de 50 %. Les Français ont été très satisfaits par la praticité de la livraison à domicile et l’intérêt culinaire des produits surgelés ».

La R & D et la digitalisation comme leviers de croissance

Et si sa structuration en quatre pôles complémentaires assure au groupe une stabilité qui a démontré sa force, l’objectif va désormais être d’accélérer la relance. Laïta, qui exploite notamment les marques commerciale Paysan Breton, Régilait ou encore Mamie Nova, continue ainsi à explorer toutes les voies de valorisation de la protéine laitière : développement des fromages, essor des poudres de lait sous cahiers des charges, conquête de marchés stables et peu volatils en nutrition santé, valorisation de la poudre dans les aliments d’allaitement pour jeunes mammifères. Après avoir mis à l’arrêt une partie de leurs activités, les équipes d’Even Distribution mettent elles aussi les bouchées doubles depuis la réouverture des restaurants afin de réussir une belle saison d’été. Dans le même temps, le pôle accélère la digitalisation de ses activités avec, notamment, le lancement du site web marchand du Réseau Krill.

Soutien renforcé aux adhérents, soutien demandé aux consommateurs

La coopérative renforce aussi son soutien à ses adhérents et prévoit notamment un retour sur résultat exceptionnel aux producteurs de 16 €/1 000 litres de lait, dont un tiers provenant de son nouveau fonds RSE. Un fonds dont les critères d’éligibilité ont été levés cette année afin de permettre à tous les producteurs de bénéficier immédiatement de ce soutien de trésorerie supplémentaire. « Le complément de prix versé aux adhérents sera le plus élevé depuis 2016 », souligne le groupe, dans un contexte où le prix du lait a augmenté de 5,4 % entre 2018 et 2019. « Dans une économie mondialisée qui a montré ses limites, nos concitoyens ont pris conscience de l’importance d’avoir une offre alimentaire de proximité de qualité, en quantité. Espérons qu’ils sauront s’en souvenir dans les prochains mois, où leurs choix de consommation seront déterminants pour relancer l’économie », plaide Guy Le Bars, le président du conseil d’administration du groupe Even.

Au sein d'une usine du groupe agroalimentaire coopératif Even dans le Finistère
Alors que l'horizon s'est dégagé en 2019, le groupe agroalimentaire breton Even va devoir mettre les bouchées doubles pour faire face à la crise. — Photo : © Emmanuel Pain

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail