Brest

Restauration

L'Ambassade Bretonne veut étendre son réseau en Bretagne

Par Jean-Marc Le Droff, le 15 septembre 2021

Quatre ans après sa création à Brest par Jérémy et Frédéric Le Troadec, l’Ambassade Bretonne, chaîne de restauration spécialisée dans les crêpes et galettes, se développe avec déjà cinq implantations finistériennes et une autre à Paris. L’enseigne veut désormais lever 10 millions d’euros pour ouvrir une vingtaine de restaurants en Bretagne.

Jérémy Le Troadec, qui sera à la tête d'une dizaine de crêperies d'ici la fin de l'année, compte en ouvrir une vingtaine d'autres dans les mois à venir. 
Jérémy Le Troadec, qui sera à la tête d'une dizaine de crêperies d'ici la fin de l'année, compte en ouvrir une vingtaine d'autres dans les mois à venir.  — Photo : Jean-Marc Le Droff

"Les études ne m’intéressaient pas vraiment", entame dans un sourire Jérémy Le Troadec. Après une formation en mécanique, il tente un BTS en négociation relation client. "Je n’ai pas tenu un mois", plaisante celui qui troque alors son sac d’étudiant pour un sac à dos et part à la découverte du monde. Lors d’un passage par Paris, il travaille dans une brasserie parisienne qui vend des crêpes et du cidre bas de gamme. "Je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire", se souvient celui qui commence alors à plancher sur un concept de crêpes et galettes à emporter, cuisinées avec des produits de qualité. En 2017, à 29 ans, il s’associe avec son frère Frédéric, horticulteur de formation, pour monter une première crêperie à Brest : l’Ambassade Bretonne, qui trouve rapidement son public.

Six mois plus tard, les deux frères créent une seconde crêperie brestoise, cette fois au centre commercial Iroise, dans laquelle ils embauchent leur mère. Le début d’une longue série d’ouvertures, le plus souvent en location-gérance ou en franchise. Principalement à Brest, mais aussi à Quimper, Guingamp, leur ville natale… Ou encore en face d’une célèbre table parisienne : le restaurant la Rotonde, à Paris. D’ici la fin de l’année, l’Ambassade Bretonne comptera dix adresses, avec quatre nouvelles ouvertures programmées d’ici décembre : trois à Brest et une seconde à Guingamp. Et les frères Le Troadec, désormais à la tête d’une cinquantaine de salariés, ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin.

Une levée de fonds de 10 M€ pour ouvrir une vingtaine de boutiques

Car malgré la crise sanitaire qui a perturbé l’activité, les affaires vont bon train pour l’Ambassade Bretonne. En 2020, elle a ainsi réalisé un chiffre d’affaires d’1,5 million d’euros, et vise les 5 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2021. Avec une rentabilité conséquente… "On finance une grande partie de notre développement grâce à nos marges", souligne Jérémy Le Troadec, qui a confié ses finances à un ami d’enfance : Régis Gouazou, le fondateur du cabinet d’expertise quimpérois Revalen. Et pour continuer à se développer, Jérémy Le Troadec veut frapper vite et fort. "Nous cherchons actuellement à lever 10 millions d’euros pour ouvrir d’un coup une vingtaine de boutiques en Bretagne", confie celui qui vise des implantations à Morlaix, Saint-Brieuc, Lannion, Lorient, Vannes, Quiberon, Carnac, Lorient, Rennes ou encore Nantes.

Nouveau siège, brasserie, entrepôt…

"J’ai aussi des projets d’ouverture aux Antilles ou à Dubaï, et je me suis fixé l’objectif d’ouvrir une boutique aux États-Unis d’ici dix ans", confie encore Jérémy Le Troadec, qui compte désormais structurer l’entreprise au sein d’un nouveau siège à Brest et d’une centrale d’achat créée l’année dernière. Car au-delà de la cuisine, l’Ambassade Bretonne s’est aussi diversifiée dans la vente de produits régionaux : chips, caramel au beurre salé, kouign amann, café, bière, cidre… Une diversification que Jérémy Le Troadec compte à terme intégrer en créant ses propres outils de production et faire monter en puissance avec, notamment, un projet de brasserie ou encore d’entrepôt logistique en bord de RN12.

Jérémy Le Troadec, qui sera à la tête d'une dizaine de crêperies d'ici la fin de l'année, compte en ouvrir une vingtaine d'autres dans les mois à venir. 
Jérémy Le Troadec, qui sera à la tête d'une dizaine de crêperies d'ici la fin de l'année, compte en ouvrir une vingtaine d'autres dans les mois à venir.  — Photo : Jean-Marc Le Droff

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail