Bretagne

Agroalimentaire

La coopérative laitière Even veut se relancer en 2021

Par Isabelle Jaffré, le 30 juin 2021

Even a connu une année 2020 compliquée du fait du prix du lait bas et de la crise sanitaire. La coopérative bretonne a malgré tout réussi à se maintenir grâce à sa diversification sur différents marchés et ses investissements réguliers.

Christian Griner, DG et Guy Le Bars, président d’Even ont présenté les résultats 2020 du groupe coopératif.
Christian Griner, DG et Guy Le Bars, président d’Even ont présenté les résultats 2020 du groupe coopératif. — Photo : Isabelle Jaffré

La coopérative laitière bretonne Even, de 6 150 salariés et 670 exploitations, affiche un chiffre d’affaires de 2,135 milliards d’euros en 2020, contre 2,3 milliards d’euros en 2019. Une baisse qui s’explique par la crise sanitaire qui a perturbé certains de ses marchés comme l’export et la distribution en restaurant hors domicile (RHD). La baisse a été en partie compensée par une poussée sur le marché de la grande distribution (GMS) avec +7 %, mais pas entièrement. "Nous avons cependant conservé un résultat net positif et stable à 19,2 millions d’euros. Nous avons également pu préserver l’emploi", constate le directeur général, Christian Griner.

"Force du collectif"

Laïta, la partie lait du groupe, pèse toujours le plus dans l’activité du groupe avec 64 % du chiffre d’affaires, contre 24 % pour le pôle distribution (RHD + surgelés), 11 % pour le pôle Amont (services aux adhérents) et 1 % pour le pôle développement (plats cuisinés, salaisons). "Nous avons aussi connu un prix du lait bas en 2020 qui ne couvrait pas les hausses de charges des producteurs", rappelle Guy Le Bars, président de la coopérative. Les prix sont restés bas début 2021, mais le dirigeant anticipe une remontée des cours pour le deuxième semestre.

"Heureusement, nous avons un modèle économique résistant, basé sur nos quatre pôles. Nous avons su nous réorganiser dans l’urgence. Certains de nos salariés dans les activités liées à la RHD par exemple ont connu du chômage partiel et la partie distribution est en recul quand Laïta est en progression. C’est la force du collectif qui nous a permis de résister et de préserver l’emploi", explique le directeur général.

Poursuivre les investissements

Pour 2021 et au-delà, les dirigeants d’Even veulent rester optimistes. "Nous avons continué à investir : 55 millions d’euros en 2020, ce qui représente un investissement dans la moyenne de ce que l’on fait", note Christian Griner. Les investissements ont notamment concerné le site de Ploudaniel (Finistère) pour de nouveaux ateliers d’emballage. En 2022, c’est le site de Créhen (Côtes-d’Armor) qui pourrait bénéficier d’un investissement conséquent afin de faire monter la capacité de production de l’usine de fromages à pâte molle. "Le montant n’est pas arrêté mais le site est arrivé à saturation et l’idée est de gagner 30 % de capacité supplémentaire", détaille le DG.

Début 2021, le groupe a réalisé une petite croissance externe en 2021 avec l’acquisition de Marathon Food Ltd à Londres (10 salariés, environ 10,26 M€ de CA). Cette entreprise importe des fromages méditerranéens très prisés au Royaume-Uni. "Cela vient étoffer nos gammes de fromages, qui pourront intéresser aussi en France", assure Christian Griner.

Accélérer la démarche RSE

Pour préparer l’avenir, Even a aussi décidé d’accélérer sa politique RSE (responsabilité sociétale des entreprises). Elle a fait réaliser son bilan carbone et ambitionne de réduire de 40 % l’empreinte carbone de sa partie aval (hors production laitière donc) en 2030. L’entreprise travaille également sur des emballages recyclables et vise d’avoir revu 100 % de ses emballages dès 2025. Le groupe utilise également le numérique avec notamment l’intelligence artificielle pour l’optimisation des préparations et de ses livraisons.

Un fonds RSE va être mis en place (4 € par adhérent) afin de financer des projets liés au bien-être de l’homme (sécurité, repos), de l’animal (confort) et pour l’environnement (économie d’énergie, épandage, etc.)."Ce fonds sera normalement voté lors de notre assemblée générale du 24 septembre qui a été décalée afin de la faire physiquement. Les adhérents peuvent d’ores et déjà lancer des projets. Ils auront jusqu’en mars 2022 pour déposer leurs factures qui seront examinées pour vérifier l’éligibilité. On fera ensuite un premier bilan. Mais l’idée est que ce fonds soit utilisé !", insiste Guy Le Bars.

"On s’aperçoit que cet aspect RSE est non seulement très demandé par les consommateurs mais qu’il permet aussi d’entrer sur certains marchés. Typiquement, nous en avons pris un à un concurrent car nous pouvions apporter des garanties au client GMS sur des questions comme le nombre de jours de pâturage des vaches ou la main-d’œuvre", soulignent également les dirigeants d’Even.

Christian Griner, DG et Guy Le Bars, président d’Even ont présenté les résultats 2020 du groupe coopératif.
Christian Griner, DG et Guy Le Bars, président d’Even ont présenté les résultats 2020 du groupe coopératif. — Photo : Isabelle Jaffré

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail