Finistère

Industrie

Face au quadruplement de sa facture d’électricité, Cadiou Industrie a élaboré un plan de sobriété

Par Isabelle Jaffré, le 09 décembre 2022

En septembre, le fabricant finistérien de portails Cadiou Industrie s’est vu présenter une facture d’électricité multipliée par quatre pour son prochain contrat. Face à cette situation, la présidente Emmanuelle Cadiou a fait appel à EDF pour renégocier son contrat mais aussi prévoir un plan d’économies d’énergie.

Emmanuelle Cadiou a mis en place un groupe de travail pour mettre en œuvre un plan de sobriété énergétique poussé.
Emmanuelle Cadiou a mis en place un groupe de travail pour mettre en œuvre un plan de sobriété énergétique poussé. — Photo : Isabelle Jaffré

Chez Cadiou Industrie (770 salariés, 92 M€ de CA), la rentrée a apporté une bien mauvaise surprise. "Notre contrat EDF de trois ans se terminait le 31 octobre, explique la présidente du groupe Emmanuelle Cadiou. Quand le nouveau contrat est arrivé le 8 septembre, le prix de l’électricité pour les trois prochaines années était de 1,2 million d’euros par an contre 250 000 euros par an auparavant !"

Un choc pour la dirigeante du fabricant de portails de Locronan (Finistère), plus habituée à s’intéresser aux prix de l’aluminium que de celui de l’électricité. "Auparavant, la sobriété énergétique n’était pas vraiment un sujet chez nous, poursuit-elle. Nous faisions des analyses du prix du mégawatt/heure par commande pour surveiller notre consommation et ce ratio baissait d’année en année. Mais le coût de l’énergie restait de toute façon assez faible par rapport à notre chiffre d’affaires jusqu’à présent."

Rationaliser l’utilisation des fours

L’augmentation exceptionnelle l’a donc fait revoir cette priorité. "Nous avons été très bien accompagnés par EDF et son équipe commerciale", raconte Emmanuelle Cadiou. Le fournisseur français a notamment expliqué le fonctionnement du cours de l’électricité à la chef d’entreprise. Surtout, EDF a accompagné Cadiou Industrie vers un plan de sobriété. "Ils nous ont montré comment faire davantage d’économies. Nous avons donc mis en place un groupe de travail pour nous occuper de tout cela." Et l’entreprise a déjà commencé à rationaliser l’utilisation de ses fours à peinture et emballage. "Nous ne les utilisons pas pendant les heures où l’électricité coûte le plus cher. Nous avons réorganisé les équipes de travail en ce sens." Emmanuelle Cadiou regarde aussi du côté de la production d’énergie avec des panneaux photovoltaïques ou de petites éoliennes.

Au final, l’entreprise a signé son nouveau contrat le 31 octobre dernier pour un budget de 800 000 euros par an. "Mais c’est un prévisionnel car nous allons faire des économies. J’espère aussi que la situation va s’améliorer. De toute façon, l’énergie va coûter plus cher désormais. Il faut arrêter de se plaindre et avancer", conclut la dirigeante.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition