Éolien offshore : Une filière à construire

Par Isabelle Jaffré, le 01 avril 2011

Le 5avril, Bretagne Pôle Naval et la CCI de Brest organisent un colloque sur l'éolien offshore posé. Un moyen de réunir toutes les entreprises concernées par ce secteur en devenir. Brest, en tant qu'arrière-base du site de Saint-Brieuc, a sa carte à jouer.
Le Journal des Entreprises, l'économie en régions — Photo : Le Journal des Entreprises

«Les énergies marines vont avoir leur importance à l'avenir, déclare le président de la Région, Jean-Yves Le Drian. Surtout au regard de la double actualité dramatique que nous vivons.» Or, la France a du retard à rattraper dans ce domaine, notamment sur l'éolien posé. «La technologie existe depuis au moins vingt ans!», s'exclame Brigitte Bornemann, gérante de 3B conseils, cabinet spécialisé en communication scientifique et financière. La société édite plusieurs blogs sur les énergies marines renouvelables. La France a pour objectif de produire 6.000MW en éolien offshore fixe en 2020. Et les industriels bretons veulent leur part du gâteau. «On attend un signe de l'État», souligne Jacques Dubost, président de Bretagne Pôle Naval (BPN). Le signe? L'appel à projet, annoncé en janvier dernier pour la construction de fermes offshore pour une première tranche de 3.000MW. Cinq sites* ont été retenus, dont Saint-Brieuc (180km², 500MW). L'appel devrait être lancé début mai, les dossiers des développeurs tels qu'EDF, Poweo, ou encore Neoen, sont attendus pour fin novembre. Le choix des opérateurs interviendrait à l'été 2012. Le coût de ces projets est estimé à environ 1,6Md€ chacun. En attendant, «il faut se préparer à cette filière», insiste Jacques Dubost. De l'étude d'impact, à la maintenance en passant par l'assemblage, la logistique, l'installation... de nombreuses PME finistériennes peuvent avoir leur rôle à jouer dans cette filière à construire. D'où le colloque organisé le 5avril à Brest par le BPN et la CCI. «Le but est que les développeurs, grands industriels qui vont porter les projets et les PME locales puissent se rencontrer», explique Gilles L'Haridon, délégué général de BPN. «Il faut s'organiser en amont», ajoute le président du cluster. Lors de cette réunion, GL Garrad Hassan présentera une étude réalisée pour BPN sur

l'organisation industrielle et les besoins des donneurs d'ordre.






«Que peut-on faire ici?»

C'est bien sûr le site de Saint-Brieuc qui intéresse les sociétés du Finistère. Car Brest semble le choix logique pour devenir l'arrière-base du site armoricain. Le Polder est notamment l'objet de toutes les convoitises. «On a des demandes. Je ne peux pas vous dire combien, mais plusieurs», confie Jean-Jacques Le Norment de Bretagne Développement Innovation (ex-AEB)



. Cette zone d'une cinquantaine d'hectares à l'Est du Port de commerce appartient à la Région mais est gérée via le syndicat mixte de Brest Iroise (SMBI), qui regroupe la CCI, BMO, les conseils général et régional à 25% chacun. Mais le site n'est pas utilisable en l'état. Pour accueillir des industriels, il faut stabiliser le terrain. «Il est prévu de commencer par une première tranche de 12 hectares à l'ouest du Polder, fin 2011, début 2012», indique Olivier Daumas, le responsable des opérations pour le SMBI. Une fois cette stabilisation réalisée, il restera à négocier l'aménagement.




Offshore flottant, hydroliennes

Mais cette construction de filière, qui n'est pas encore actée, n'est qu'une première étape. «Une fois les compétences acquises, on peut espérer continuer dans cette voie avec l'éolien offshore flottant et l'hydrolien», s'accordent à dire les acteurs du secteur, notamment ceux de BPN. Surtout que dans ces domaines, la France n'accuse pas de retard. «On est dans la course!», dixit Jacques Dubost. Alors même si les retombées économiques, notamment en terme d'emploi, sont difficiles à chiffrer, le jeu en vaut la chandelle. «Environ 200 à 300 personnes sur le long terme?», avance le président de BPN. L'autre atout de Brest est l'incubateur DCNS pour les énergies marines renouvelables. «Nous investissons en R & D surtout sur le flottant avec Nass & Wind. Les fermes d'éoliennes flottantes permettraient d'être plus au large, donc plus grandes et moins de nuisances sur la côte. Mais les compétences du posé et du flottant sont liées», juge Marc Boeuf, un des responsables de l'incubateur. Même raisonnement pour les hydroliennes. Mais ces technologies ne seront pas complètement opérationnelles avant de longues années. Tandis que l'éolien posé, «c'est pour maintenant, insiste Jacques Dubost. Il faut être prêt en 2015 pour les constructions et installations.»

* En plus de Saint-Brieuc, Saint-Nazaire (78km², 750MW), LeTréport, 110km², 750MW, Fécamp (88km², 500MW), Courseulles-sur-Mer (77km², 500MW).

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture