Brest

Textile

Empreinte adapte sa lingerie pour séduire les clientes étrangères

Par Isabelle Jaffré, le 14 novembre 2022

Spécialiste de la lingerie made in France, le brestois Empreinte s’est fortement développé à l’export en revoyant ses produits et en les adaptant aux différents pays. Désormais, l’entreprise réalise 75 % de son chiffre d’affaires à l’international, des États-Unis à l’Australie en passant par l’Europe.

Magalie Le Banner, vice-présidente Sales Marketing et Design d’Empreinte à Brest.
Magalie Le Banner, vice-présidente Sales Marketing et Design d’Empreinte à Brest. — Photo : Isabelle Jaffré

Né en 1946 à Brest, le spécialiste de la lingerie Empreinte (120 salariés, 20 M€ de CA) n’a pas toujours été porté sur l’international. "Au début des années 2000, l’export ne représentait que 20 % de l’activité et encore, c’était en Belgique", explique Magalie Le Banner, vice-présidente Sales Marketing et Design d’Empreinte. Aujourd’hui, la part export du chiffre d’affaires d’Empreinte s’élève à 75 %.

Implantation dans les pays

Un changement amorcé avec le rachat de l’entreprise en 1998 par Philippe Berthaux, l’actuel propriétaire d’Empreinte. "Il avait deux axes de développement : le travail sur la collection et l’image de la marque et le développement à l’international", poursuit la vice-présidente. L’entreprise démarre alors dans différents pays via des agents et des distributeurs avant d’ouvrir des bureaux en Allemagne et au Royaume-Uni au début des années 2000, à Montréal (12 salariés aujourd’hui) en 2007 pour l’Amérique du Nord et plus récemment, en 2022, au Danemark. "Avoir une force de vente interne permet de montrer un engagement plus fort auprès des clients, note Magalie Le Banner. Dans certains pays, il est même nécessaire d’avoir une implantation locale."

Aujourd’hui, Empreinte est présent dans 20 pays et principalement dans cinq grandes zones : Amérique du Nord, Royaume-Uni, Allemagne, Scandinavie et Belgique. L’entreprise exporte aussi, de façon moins importante en Australie, aux Émirats arabes unis ou encore en Europe de l’Est.

Même si certains clients préfèrent une facturation locale, ils viennent chercher chez Empreinte le savoir-faire et l’élégance à la française. "Pourtant, pour percer à l’étranger, nous avons dû revoir nos collections, indique la dirigeante. Nous allons voir des boutiques sur place pour voir ce qui se vend." Pour le marché d’Amérique du Nord, Empreinte développe par exemple des soutiens-gorge sans couture invisible sous les vêtements avec des coloris très neutres, couleur peau. "Selon les pays, les femmes ne veulent pas du tout la même chose. La Belgique, la France, le Royaume-Uni aiment davantage la couleur par exemple. Nous devons nous adapter aux goûts très différents selon les pays."

Innovation et ambition

Empreinte innove aussi pour plaire aux nouveaux marchés. "Nous avons par exemple développé des soutiens-gorge en dentelle moulée, avec des motifs qui restent au même endroit quelle que soit la taille de bonnet, détaille Magalie Le Banner. Cela paraît simple comme cela mais c’est une prouesse technique."

Désormais Empreinte vise 30 millions d’euros de chiffre d’affaires d’ici 5 ans, contre 20 millions d’euros en 2021. "Nous voulons aussi que la part à l’export grandisse et atteigne au moins 90 % du chiffre d’affaires tout en restant sur les mêmes marchés car il reste des choses à faire. Nous sommes tout petits sur ce marché mais avec un positionnement très haut de gamme, voire de luxe dans certains pays. Nos produits coûtent 200 à 220 dollars aux États-Unis par exemple."

Pour progresser, Empreinte poursuit son travail sur ses collections. "Nous allons par exemple chercher à moderniser notre collection de maillots de bain pour avoir une offre plus lisible et montrer notre valeur ajoutée", poursuit la vice-présidente.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition