Finistère

Industrie

Emballage Technologies investit 3,5 millions d'euros dans une nouvelle usine

Par Isabelle Jaffré, le 25 février 2019

Le groupe finistérien Emballage Technologies, fabricant de machines pour le conditionnement et l'emballage, investit dans la construction d'une nouvelle usine pour s'adapter à sa nouvelle organisation basée sur le lean manufacturing.

Tugdual Bird, DG d'Emballage Technologies dans le Finistère.
Malgré le Brexit, Tugdual Bird, directeur général du finistérien Emballage Technologies, compte encore développer les ventes à l'international, notamment en Asie. — Photo : © Isabelle Jaffré

Pour ses 30 ans, ET Pack prépare son déménagement. L’entreprise quimpéroise va investir 3,5 millions d’euros dans une nouvelle usine. Un investissement devenu indispensable pour le fabricant de machines d’emballages pour l’industrie, agroalimentaire principalement.

« Nous n’avions plus de possibilités d’agrandissement dans l’existant », explique Pierrick Doux, le président du groupe Emballage Technologies (90 salariés, environ 26 M€ de CA), qui regroupe ET Pack et Sermatec, en Normandie, racheté en 2016. Avec sept commerciaux (quatre pour Sermatec, trois pour ET Pack), les ventes sont en constante augmentation. La direction a cependant attendu d’atteindre un palier de chiffre d’affaires pour investir.

Le futur site d'ET Pack à Saint-Evarzec.
Le futur site d'ET Pack à Saint-Evarzec. - Photo : © ET Pack

Le futur bâtiment sera construit zone de Troyalac’h Sud, à Saint-Evarzec, à quelques centaines de mètres de l’actuel site de l’entreprise, qui souhaitait rester sur le territoire de la Communauté de communes du Pays Fouesnantais. « C’est le terrain idéal pour nous », note Tugdual Bird, le directeur général. La production disposera de 3 400 m² contre 1 200 m² actuellement. La partie bureau sera aussi plus grande avec 400 m² prévus. Le début des travaux est prévu en septembre 2019.

Lean manufacturing

Surtout, la construction sera adaptée à la nouvelle organisation d’ET Pack, qui emploie aujourd’hui 45 salariés pour un chiffre d’affaires d’environ 13 millions d’euros. « Notre bâtiment actuel, qui date de 1992, est trop étroit et ne correspond plus à notre méthode de travail. Depuis deux ans, nous avons mis en place le lean manufacturing », explique Tugdual Bird. Ce système, adapté de la méthode lean de Toyota, vise à éliminer les gaspillages dans les processus.

Au fil des années, ET Pack a commencé à proposer des lignes d’emballage de plus en plus complètes à ses clients. « Aujourd’hui, nous sommes capables, par exemple pour une biscuiterie, de fabriquer une ligne pour l’emballage de la sortie du four à la palettisation », détaille le dirigeant.

« Nous sommes passés d’un mode achat de pièces unitaires usinées ou chaudronnées en mode achat de sous-ensembles machines que nous avons développé avec des entreprises locales spécialisées dans ces métiers, notre objectif étant d’améliorer les délais de réalisations des affaires et consacrer nos investissements aux études mécaniques et automatismes », précise Pierrick Doux.

Les machines bougent, pas les salariés

ET Pack a aussi repensé entièrement sa chaîne logistique (supply chain) depuis 12 ans. Autant d’évolutions depuis 2008 qui demandaient une adaptation des locaux. L’entreprise a travaillé avec le cabinet de Concarneau Cecia (un cabinet d’études et conseil en industrie agroalimentaire) pour optimiser la construction. Ce seront désormais les machines qui bougeront le long de la ligne de production plutôt que les salariés. « L’interconnexion des services et l’environnement de travail des techniciens a été travaillée en accord avec les salariés », ajoute le président. Un espace paysagé avec un bassin est aussi prévu au niveau de la salle de pause, pour agrémenter les lieux.

« On veut gagner du temps sur l’assemblage notamment pour en avoir là on se trouve notre valeur ajoutée : en fin de ligne, au moment des réglages des machines et avant, à la conception. » Tout y sera pensé pour fonctionner «  à quasi iso-structure  » tout en augmentant la capacité de production de l’usine.

L’export pour la croissance

Sur le nouveau terrain, une extension de 3 500 m² est possible. Car ET Pack progresse d’années en années, notamment grâce à l’export. «  Nos clients nous y emmènent. Nous avons aussi des clients dans des pays gérés par des agents et des distributeurs. L’un de nos leviers de croissance est l’export  », analyse le directeur général.

« Actuellement l’international représente 30 % de notre chiffre d’affaires. Nous visons 50 % à terme », indique Tugdual Bird. Aujourd’hui, le groupe vend en Pologne, Russie, Croatie, etc. La porte du Royaume-Uni semble, elle, s’être refermée avec le vote du Brexit, comme l’expliquait Pierrick Doux en 2018 : « On a fait machine arrière et on a revu complètement notre stratégie à l’international ». Le bureau installé en 2014 a été mis en stand-by. Le groupe vise désormais le grand export et notamment l’Asie, avec des ventes déjà réalisées aux Philippines et en Chine. À l’horizon 2020, la société aura l’outil pour concrétiser ses ambitions.

Tugdual Bird, DG d'Emballage Technologies dans le Finistère.
Malgré le Brexit, Tugdual Bird, directeur général du finistérien Emballage Technologies, compte encore développer les ventes à l'international, notamment en Asie. — Photo : © Isabelle Jaffré

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.