Bretagne

Services

Corser entretient sa croissance

Par Jean-Marc Le Droff, le 18 juillet 2018

Nouvelle image, nouveaux bâtiments, dématérialisation, nouveaux marchés... Maxime Laizé et Nicolas Le Bars, les deux co-dirigeants de Corser, entreprise spécialisée dans la propreté, multiplient les axes de développement après avoir repris l'affaire créée en 2003 par Fabrice Drouillard.

Nicolas Le Bars et Maxime Laizé viennent de finaliser la reprise de Corser, entreprise de propreté implantée à Quimper, Brest, Lorient et Saint-Jean-de-Monts.
Nicolas Le Bars et Maxime Laizé viennent de finaliser la reprise de Corser, entreprise de propreté implantée à Quimper, Brest, Lorient et Saint-Jean-de-Monts. — Photo : Jean-Marc Le Droff - Le Journal des entreprises

« C'est la chronique d'une transition réussie », se félicitent Maxime Laizé et Nicolas Le Bars, qui ont finalisé la reprise de la société l'année dernière. Pour assurer une transition en douceur, la transmission s'est étalée sur sept ans. Une période durant laquelle Fabrice Drouillard, le fondateur, a anticipé son départ d'une entreprise qui affiche une belle vitalité. À ce jour, Corser emploie 350 salariés et réalise un chiffre d'affaires de près de 7 millions d'euros, en croissance de 15% par an. Et si l'histoire a débuté à Quimper puis Brest, elle s'écrit désormais aussi à Lorient et à Saint-Jean-de-Monts, en Vendée.

Deux nouveaux bâtiments à Brest et Quimper

Une histoire que les deux associés comptent bien continuer à écrire en y imprimant leur empreinte. À commencer par un travail sur la la marque en elle-même, qui vient d'être entièrement revisitée. « Un changement nécessaire pour coller à notre vision de l'entreprise », expliquent-ils. Autre étape importante pour l'entreprise : un nouveau bâtiment de 300 m² situé dans la zone de Kergaradec, à Gouesnou, opérationnel depuis quelques semaines. Un investissement de 300 000 euros auquel viennent de s'ajouter 800 000 euros supplémentaires pour un nouveau bâtiment de 800 m² dans la zone de Kerdroniou, à Quimper, et dont la livraison est prévue au printemps prochain. 

Dématérialisation, recrutements...

« Nous travaillons également sur la dématérialisation de toute la partie administrative pour être plus agiles et donner du temps à nos collaborateurs sur leur valeur-ajoutée: bulletins de paie, contrats de travail, etc.  Ensuite on passera à la facturation client, et nous aurons réalisé 90% de notre dématérialisation », estiment les deux associés.

Autre priorité : fidéliser les salariés dans un secteur réputé difficile. « Pour améliorer nos recrutements et réduire notre turn-over, nous communiquons auprès de nos clients sur le travail en journée, qui nous permet de proposer davantage d'heures à nos salariés. Avec un peu d'organisation et les équipements actuels qui sont de plus en plus silencieux, on peut très bien intervenir en journée sans perturber le travail de nos clients. Au contraire, ça peut même améliorer la qualité de service grâce à des échanges directs avec nos agents, et ces derniers nouent une relations privilégiée avec les clients car ils restent plus longtemps », confient-ils.

En parallèle, les deux associés ont engagé une démarche RSE dans le but d'attirer davantage de candidats, et travaillent en partenariat avec Santé au Travail en Cornouaille pour devenir pilote en matière de prévention des TMS. Enfin, une école de formation devrait voir le jour début 2019 pour faire monter en compétences les salariés de l’entreprise avec un formateur déjà présent en interne.

Aucun commercial, mais la force du réseau

Ces échanges directs, c'est justement l'une des forces de Corser. « Nous n'avons aucun commercial : c'est nous mêmes qui traitons directement avec nos clients, et c'est d'ailleurs l'une des clés de notre succès », soulignent ceux qui misent principalement sur le bouche à oreille et la réputation de Corser pour glaner de nouveaux contrats. « Notre métier consiste à vendre de la prestation de service : c'est une promesse  que nous faisons en personne. Nous gérons toute la démarche commerciale et le client peut nous joindre directement quand il le souhaite ».

Pour le reste, chaque salarié est suivi par un responsable de clientèle qui suit un maximum de cinquante clients. « Ce nombre restreint de clients nous permet de passer plus régulièrement chez eux, et engendre un meilleur suivi des salariés et de la qualité». Mais si les deux associés ne comptent pas embaucher de commercial, ils n'en demeurent pas moins très actifs sur le terrain en s'investissant dans de nombreux réseaux : Produit en Bretagne, APM, DCF, clubs sportifs, etc.

Travaux spéciaux : un marché en plein essor

Autre pilier de Corser, et secteur en pleine croissance : les travaux spéciaux. Nettoyages de fin de chantier, remise en état, vitreries de très grande surfaces, travaux en hauteur...  « Nous travaillons pour des concessions automobiles, des Ehpad, des hôpitaux..; et bien sûr pour nos clients en contrats d'entretien. Cette partie de notre activité double chaque année depuis que nous l'avons lancée, en 2016. Nous avons industrialisé nos process, ce qui nous permet d'être hyper réactifs, mais la demande est forte. Cette partie occupe déjà 25 agents polyvalents dédiés, et nous allons encore monter en puissance ! ». 

Nicolas Le Bars et Maxime Laizé viennent de finaliser la reprise de Corser, entreprise de propreté implantée à Quimper, Brest, Lorient et Saint-Jean-de-Monts.
Nicolas Le Bars et Maxime Laizé viennent de finaliser la reprise de Corser, entreprise de propreté implantée à Quimper, Brest, Lorient et Saint-Jean-de-Monts. — Photo : Jean-Marc Le Droff - Le Journal des entreprises