Réseaux

Chambre de métiers et de l'artisanat : Le " non " à la régionalisation

Par Julien Uguet, le 03 juillet 2015

À l'exception de l'Ille-et-Vilaine, les trois autres chambres de métiers et de l'artisanat de Bretagne se sont prononcées pour le maintien d'un échelon départemental.

Contrairement à leurs consoeurs des CCI, les quatre chambres de métiers et de l'artisanat de Bretagne ne prendront pas le chemin de la régionalisation en 2015. Trois CMA sur quatre (22, 29 et 56) ont voté contre la fusion de leur institution. Une satisfaction pour Louison Noël, président de la chambre de métiers des Côtes-d'Armor : « La décision individuelle prise par nos élus, ceux du Morbihan et ceux du Finistère témoigne d'une volonté farouche de conserver cette proximité avec les artisans. C'est la force de notre institution. Si nous refusons la fusion, la position que je défends depuis le début de mon mandat, nous souhaitons poursuivre le travail de mutualisation en cours, là où c'est véritablement nécessaire. Même si la régionalisation est rejetée, nous pourrons continuer à collaborer de manière étroite tout en gardant notre indépendance et notre autonomie dans la gestion de nos projets. »




Le sujet se reposera lors des élections d'octobre2016

Seule l'Ille-et-Vilaine a voté, à l'unanimité, pour la fusion régionale. « Nous avons besoin de mutualiser nos structures, car si on ne le fait pas nous-mêmes, on nous l'imposera, précise Ange Brière, président de la CMA 35 et également président régional. Chaque département va rester indépendant juridiquement au moins jusqu'à la nouvelle mandature dont les élections sont prévues en octobre 2016. C'est dommage car si nous avions opté pour la régionalisation, nous aurions eu un budget commun pour mieux gérer notamment les ressources humaines. »

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture