Finistère

Transport

Brittany Ferries prévoit un plan de relance sur cinq ans

Par Isabelle Jaffré, le 19 mars 2021

Après une année 2020 catastrophique marquée par les conséquences de la crise sanitaire mais aussi du Brexit avec une baisse de 57 % du chiffre d’affaires, Brittany Ferries ne baisse pas les bras et annonce son plan de relance sur cinq ans.

Le Galicia est l’un des nouveaux navires de la Brittany Ferries dans le cadre du renouvellement de sa flotte.
Le Galicia est l’un des nouveaux navires de la Brittany Ferries dans le cadre du renouvellement de sa flotte. — Photo : Brittany Ferries

L’année 2020 aura tourné au cauchemar pour la compagnie maritime de Roscoff Brittany Ferries. Déjà touchée par le Brexit depuis 2019, l’entreprise a subi de plein fouet les restrictions de voyage, les fermetures de frontières et les quarantaines décidées par les États pour lutter contre la crise du Covid-19.

Perte de la moitié du chiffre d’affaires

Ses marchés à la fois de transporteur maritime et de tour-opérateur ont été impactés. Brittany Ferries a ainsi transporté moins d’un tiers de passagers en comparaison avec les années précédentes. 752 102 passagers ont voyagé sur les lignes de la compagnie en 2020 contre 2 498 354 en 2019. En conséquence, les revenus étant générés à 80 % par le transport de passagers, le chiffre d’affaires a chuté de 57 % en 2020, passant de 469 millions d’euros en 2019 à 202,4 millions d’euros.

Le fret, quant à lui, a connu une baisse des volumes de l’ordre de 20 %. En 2020, Brittany Ferries a transporté 160 377 véhicules fret par rapport aux 201 554 unités de l’année précédente. Les distorsions du marché ont été causées par la constitution de stocks à la fin de la période de transition du Brexit mais aussi par des inquiétudes liées aux potentiels retards qu’engendrerait la mise en place de contrôles aux frontières et de procédures douanières. La crise sanitaire, dans une moindre mesure a aussi eu un effet négatif mais moins que pour l’activité passagers. Signe positif dans la tempête : pour la troisième année consécutive, le gouvernement britannique a sollicité Brittany Ferries afin d’assurer le transport de marchandises essentielles vers le Royaume-Uni sur les lignes Le Havre-Portsmouth et Cherbourg-Poole, à partir de janvier 2021, dans une stratégie alternative aux routes maritimes du détroit du Pas-de-Calais.

" Le plus grand défi de notre histoire "

Convaincue cependant d’une reprise de l’activité à court terme, la compagnie a déjà engagé un plan de relance sur cinq ans. L’optimisme de Brittany Ferries s’appuie sur une analyse indépendante réalisée par le cabinet de conseil londonien LEK qui démontre que le marché dispose d’un réel potentiel de reprise. Celle-ci prévoit d’ici 2022, un retour des volumes passagers équivalents à ceux de 2019.

Jean-Marc Roué, président du conseil de surveillance de Brittany Ferries croit en une reprise rapide.
Jean-Marc Roué, président du conseil de surveillance de Brittany Ferries croit en une reprise rapide. - Photo : Brittany Ferries

" Sur la période de juin 2016, date du vote du Brexit, à 2020, la parité livre/euros a, à elle seule, affecté le résultat net de Brittany Ferries de 115 millions d’euros, la majorité de ses revenus étant générée en Livres Sterling alors que ses coûts sont en euros, rappelle Jean-Marc Roué, président du conseil de surveillance de Brittany Ferries. En 2019, le trafic passagers avait déjà souffert d’une érosion de l’ordre de 5 % en raison des trois dates annoncées du Brexit, en mars, avril et octobre, finalement remis au 1er janvier 2021, créant incertitude et anxiété auprès des voyageurs britanniques qui n’ont pas concrétisé leurs envies de voyages. Malgré les conséquences du Brexit, Brittany Ferries est parvenu à maintenir sa rentabilité. Néanmoins, parce que soutenus par nos actionnaires, les collectivités territoriales, les banques et l’État français, nous sommes convaincus que nous pourrons relever le plus grand défi de notre histoire "

Le plan de relance sur lequel table la compagnie pour sortir de la crise actuelle, couvre la période au cours de laquelle l’entreprise doit rembourser les 117 millions d’euros de prêts bancaires qui l’ont aidée à traverser l’année 2020. Il se base sur 4 piliers : accroissement de la rentabilité, poursuite de transition énergétique, maintien de l’actionnariat local paysan et défense du pavillon français.

Transfert modal et renouvellement de la flotte

Sur la question de la rentabilité, Brittany Ferries a lancé le Plan Vital début février 2021 après consultation des partenaires sociaux. Objectif : " une véritable révolution du fonctionnement opérationnel de la compagnie " avec des réorganisations des services, une revue de la stratégie commerciale et une optimisation du plan de flotte annuel. Les économies attendues sont estimées entre 15 et 18 millions d’euros par an.

Brittany Ferries multiplie aussi les projets, avec notamment du transfert modal de remorques routières sur le fer. Fin 2022, elle proposera à sa clientèle de transporteurs routiers et de logisticiens un service de transport pour remorques non accompagnées sur le réseau ferré de la façade Atlantique.

Christophe Mathieu, président du directoire de la compagnie Brittany Ferries, sait que l’année 2021 sera compliquée.
Christophe Mathieu, président du directoire de la compagnie Brittany Ferries, sait que l’année 2021 sera compliquée. - Photo : Brittany Ferries

Parallèlement, le plan de renouvellement de la flotte a été amendé. Dans le contexte de crises et suite au retard du chantier, Brittany Ferries a abandonné son projet de navire au gaz naturel liquéfié (GNL), le Honfleur, en juin 2020. Mais en décembre 2020, la compagnie a tout de même accueilli son nouveau navire Galicia au sein de sa flotte, qui fait partie des investissements réalisés avant la crise de la Covid qui prévoyait un investissement total de 450 millions d’euros (Honfleur inclus). Enfin, deux autres navires rejoindront Galicia en 2022 et 2023 : le Salamanca et son sistership le Santoña, tous deux propulsés au gaz naturel liquéfié (GNL), énergie plus vertueuse.

" Il ne fait aucun doute que 2021 sera une autre année compliquée pour notre entreprise. Cependant, nous continuerons sur la voie du redressement, en prenant des décisions difficiles si nécessaire, mais encouragés par les conclusions du rapport de LEK qui montre que le marché est prêt à rebondir ", conclut Christophe Mathieu, président du directoire de Brittany Ferries.

Le Galicia est l’un des nouveaux navires de la Brittany Ferries dans le cadre du renouvellement de sa flotte.
Le Galicia est l’un des nouveaux navires de la Brittany Ferries dans le cadre du renouvellement de sa flotte. — Photo : Brittany Ferries

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail