Finistère

Agroalimentaire

Aveltis et Prestor créent le GIE « Éleveurs de Porcs en France »

Par I.J., le 11 juillet 2017

Aveltis et Prestor ont créé un GIE. Avec « Éleveurs de Porcs en France », les deux groupements de producteurs de porcs finistériens espèrent peser encore plus sur le marché.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

« Éleveurs de Porcs en France ». C’est sous cette nouvelle bannière que les deux groupements finistériens de producteurs de porcs Aveltis (480¬millions d’euros de chiffre d’affaires ; président : Philippe Bizien) et Prestor (300¬millions d’euros de chiffre d’affaires) ont décidé de s’unir. Cette nouvelle marque commune, actée par un GIE (Groupement d’Intérêt Économique), devient ainsi un leader sur le marché breton avec 100.000 porcs.

Objectif : apporter plus de fluidité sur un marché qui a souffert en¬2015 et¬2016. « La réflexion est née de cette crise, explique Guillaume Roué, président de Prestor. Nous souhaitions créer un interlocuteur avec plus de poids pour nos clients. On va représenter 50 % du marché du porc breton. On reste petit à l’échelle mondiale mais on s’est mis à la dimension de notre marché. » La marque se veut aussi un outil de communication, même si elle ne s’adresse pas au grand public. « Il y a un aspect plus qualitatif et plus éthique recherché par les consommateurs aujourd’hui. »

Une informatique commune à la fin de l’année

Les deux groupements représentent désormais un même vendeur au cadran. « Éleveurs de Porcs en France » opère la mise en commun des outils et des forces de commercialisation. « Nous allons également regrouper notre informatique d’ici la fin d’année », précise Guillaume Roué. Un chantier à 500.000¬euros. Mais les deux groupements gardent leur indépendance : l’ensemble des autres métiers et la gouvernance des coopératives restent séparés.

Si le GIE ne compte pour l’instant que deux membres, Aveltis et Prestor ne ferment pas la porte aux autres acteurs du secteur. « C’était simplement plus facile de s’entendre à deux au départ. Et on a bien choisi éleveurs de France et pas de Bretagne. »

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.