Bretagne

Finance

Témoignage Aurélie Gouriten (Sofico) : "Mon père a appliqué ses propres conseils en transmission"

Par Isabelle Jaffré, le 29 novembre 2021

En août 2021, le cabinet d’expertise-comptable breton Sofico perdait son fondateur, Michel Gouriten, des suites d’une maladie. Un choc pour l’entreprise présente de Brest (Finistère) à Guingamp (Côtes-d’Armor) qui a cependant réussi à poursuivre son activité normalement grâce, notamment, à une transmission à sa fille, Aurélie Gouriten, qui était déjà anticipée. Elle témoigne.

Aurélie Gouriten dirige le cabinet d’expertise-comptable Sofico.
Aurélie Gouriten dirige le cabinet d’expertise-comptable Sofico. — Photo : Isabelle Jaffré

Il est des coups durs plus difficiles à anticiper que d’autres. Comme toutes les entreprises, Sofico (48 salariés, 5,4 M€ de CA) a dû faire face au Covid-19. Mais le gros de la crise sanitaire passée, le cabinet d’expertise-comptable finistérien et costarmoricain ne s’attendait pas à perdre son fondateur et dirigeant, Michel Gouriten. Figure bien connue en Bretagne, président du Conseil régional de l’Ordre des experts-comptables de Bretagne de 2002 à 2008, il avait fondé Sofico en 1985 et l’avait développé de Morlaix vers Saint-Pol-de-Léon, Brest et Guingamp dans les Côtes-d’Armor.

Ne pas cacher la maladie

"Nous n’avons pas été pénalisés par la crise du Covid. Nous nous sommes adaptés, comme tout le monde, explique Aurélie Gouriten, fille de Michel Gouriten et nouvelle dirigeante de l’entreprise. Nous avons fait beaucoup de conseils auprès de nos clients pour les prêts garantis par l’État, les aides, etc. Nous avions déjà l’habitude de travailler de manière dématérialisée. Surtout, nous avons pu prendre possession de nos nouveaux locaux à Brest en décembre 2020, avec un peu de retard. Un investissement de 2 millions d’euros pour 6 000 m² aux 2e et 3e étages. Les locaux, plus grands, plus modernes, ont été un avantage." 2021 devait donc être marquée par un retour à la normale pour Sofico.

Malheureusement, début 2021, Michel Gouriten tombe malade. "Nous avons su assez vite que c’était grave, témoigne sa fille, qui a rejoint le cabinet familial en 2012. Nous avons donc décidé de communiquer auprès des salariés, des clients. Nous ne voulions pas cacher qu’un des associés était malade. Nous sommes une véritable équipe chez Sofico et nous avons donc affronté cela ensemble."

Se rendre disponible pour les clients

Avec deux autres experts-comptables, Bertrand Belda et Romain Cleuziou, Aurélie Gouriten prend donc le relais sur les dossiers de son père. " Nous nous sommes donc rendus disponibles pour les clients que mon père suivait, pour établir une relation. Notre "chance", c’est que la transmission était déjà amorcée. Elle devait se faire au fur et à mesure sur les prochaines années, poursuit la dirigeante. Malheureusement, la transmission s’est faite plus vite que prévue quand mon père est décédé en août dernier."

Le décès brutal de Michel Gouriten oblige la nouvelle équipe dirigeante de Sofico à s’organiser au plus vite pour rassurer les salariés et les clients. "C’est assez difficile, car c’est un décès qui me touche personnellement mais il ne faut pas laisser de côté l’entreprise, souligne Aurélie Gouriten. Heureusement, toute l’équipe a été super. C’est l’avantage d’avoir construit Sofico sur des valeurs d’excellence dans nos services, mais aussi des valeurs humaines. Nous avons un management horizontal, où les salariés gèrent leur temps, par exemple. Le changement a également été facilité parce que mon père avait anticipé la transmission du cabinet, même sans savoir ce qui allait lui arriver. Après tout, cela faisait partie de son métier que de conseiller nos clients sur un plan de transmission de leur entreprise. Mais il a appliqué ces conseils à lui-même, et il a bien fait car cela nous permet de rester sereins."

Moderniser la pratique de l’expertise-comptable

Cet événement douloureux n’a donc pas bouleversé le fonctionnement au jour le jour de Sofico. Désormais la nouvelle direction veut continuer à développer le cabinet. "Nous sommes atypiques dans le monde de l’expertise-comptable : les associés ont aujourd’hui entre 37 et 42 ans ! Nous souhaitons renouveler un peu l’image du métier. L’objectif est donc de poursuivre notre développement avec encore davantage de conseils. Ce service est la véritable valeur ajoutée dans l’expertise-comptable car les avancées technologiques nous libèrent des tâches comptables pures. Nous voulons tendre vers des conseils personnalisés sur la valeur extra-financière de l’entreprise ou encore la cybersécurité. La numérisation est également l’un des leviers majeurs de notre stratégie, qui était déjà en place auparavant. Après cette épreuve, nous poursuivons nos ambitions grâce au socle de valeurs insufflé par mon père."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition