Finistère

Agriculture

200 millions d'euros de chiffre d’affaires pour la Sica de Saint-Pol

Par Isabelle Jaffré, le 08 mars 2016

Le chiffre d’affaires de la coopérative légumière est en hausse de 8 %. Une progression qui ne permet cependant pas de revenir au niveau de 2013 (232 M€ de CA), après une année 2014 catastrophique à 185 millions d'euros de CA.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

2015 aura été meilleure que 2014 et c’est déjà ça pour la Sica de Saint-Pol (120 salariés). La coopérative légumière finistérienne a atteint un chiffre d’affaire de 200 millions d’euros de chiffre d’affaires, soit une progression de 8 %. Un chiffre qui reste cependant encore bien loin des 232 millions d’euros réalisés en 2013.

Sur ces produits phares, le chou-fleur et les tomates (respectivement 28 et 29 % du chiffre d’affaires), l’année a été correcte avec une hausse des volumes et des prix. A contrario, les alliums, et notamment l’échalote, ont connu une baisse spectaculaire en chiffre d’affaires à 2,05 millions d’euros et un prix de 8 centimes le kilo, contre environ 90 centimes il y a deux ans. Les alliums ne représente plus que 3 % du CA, contre 10% en 2014. « On aurait eu un niveau normal sur l’échalote, on aurait atteint 215 millions d’euros de chiffre d’affaires, qui est notre niveau moyen ces dix dernières années », note le président de la Sica, Jean-François Jacob.

Aucune date pour la station de conditionnement de Vilargren

En tout, les légumes ont engendré 165 millions d’euros contre 35 millions pour l’horticulture, secteur également en difficulté (-5 % par rapport à 2014). « On pense avoir en mains les éléments pour s’en sortir », estime néanmoins le président. Une mutualisation des moyens des trois sections horticoles (pépinières, plantes fleuries et fleurs coupées) est en cours. Et la marque relookée, Kerisnel est désormais présente dans les jardineries Truffaut.

Par ailleurs, la Sica poursuit sa stratégie de diversification (légumes anciens, courges, kale, mini-légumes, etc.) « On n’a pas l’habitude de changer de stratégie tous les ans chez nous ! Et on prépare déjà ce nous mangerons dans 10, 20 ans, comme les légumes santé par exemple. Mais il faut nous laisser anticiper et investir dans nos outils », insiste Jean-François Jacob. Le projet de grande station de conditionnement de Vilargren à Saint-Pol-de-Léon, démarré en 2011, est toujours en suspens. Le permis de construire a été obtenu le 6 novembre 2015 mais de nouveaux recours ont été déposé. « je ne m’avance plus sur un calendrier », soupire le président. L’autre projet de station, à Cleder-Plouescat est lui aussi entre parenthèse pendant l’enquête publique de modification du PLU démarrée en février.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.