Côtes-d'Armor

Agroalimentaire

Stalaven mise sur un retour aux sources

Par Julien Uguet, le 30 janvier 2019

Pour donner une nouvelle impulsion commerciale à la marque Stalaven auprès du commerce de proximité, le groupe Euralis investit 5 millions d’euros sur le site d’Yffiniac, dans les Côtes d'Armor, pour renforcer son segment des plats cuisinés.

Frédéric Duquerois, directeur industriel de Stalaven.
Frédéric Duquerois, directeur industriel de Stalaven. L'usine bretonne va bénéficier d'un investissement de 10 millions d'euros. — Photo : @DR

Navire amiral du pôle alimentaire du groupe Euralis, l’usine Stalaven d’Yffiniac bénéficie, de manière indirecte, du plan de restructuration lancé par la coopérative en 2018. La fermeture de l’unité de Dunkerque amène Euralis à investir 5 millions d’euros dans un agrandissement de 1 800 m² pour accueillir l’activité des plats cuisinés jusqu'alors réalisée dans les Hauts-de-France. « C’est un rapprochement naturel et nécessaire stratégiquement, précise Boris Bourdin, ex-cadre du groupe Danone et directeur du pôle alimentaire. Yffiniac concentrera, à l’exception de la charcuterie sèche, l’ensemble de nos activités traiteur, avec une volonté forte de se recentrer sur nos métiers historiques à forte valeur ajoutée. »

Un changement en profondeur

Au-delà du projet industriel, c’est un petit chambardement que s’apprêtent à vivre les 40 000 m² de production costarmoricains. « Nous avons pris la décision d’arrêter 50 % du marché à marque de distributeurs, comme les carottes râpées ou le taboulé, confirme Frédéric Duquerois, directeur du site d’Yffiniac. De 24 000 tonnes en 2018, on se replie à 12 000 tonnes en 2019, en passant de 13 à 6 lignes de conditionnement. C’est un changement en profondeur. Il va falloir former les gens à de nouveaux métiers et modifier des habitudes de travail prises depuis plus de 20 ans. »

Vers le snacking

Dans le viseur d’Euralis, le commerce de proximité est en premier plan. « C’est le créneau historique avec une clientèle de bouchers, charcutiers et traiteurs qui font confiance à nos produits depuis la création de l’entreprise par Jean Stalaven, ajoute Lionel Reboul, directeur de la business unit proximité qui pèse 50 millions d’euros de chiffre d’affaires sur les 130 millions d’euros des activités de l’usine d’Yffiniac. Nous allons revenir aux fondamentaux, en étant plus à l’écoute de leurs attentes. L’idée est aussi d’aller chercher de nouveaux marchés, comme le snacking ou l’apéritif, avec des offres miniaturisées. »

Un nouveau logo

À terme, l’objectif est clairement de faire du pôle proximité et ses 13 000 tonnes produites chaque année le fer de lance de la stratégie de la marque. « Ce travail s’accompagne d’une refonte de notre identité graphique, en conservant le nom Stalaven, relooké, mais en supprimant l’hermine bretonne et le patronyme du fondateur, détaille Lionel Reboul. Nous avons travaillé avec l’agence locale Des Ronds dans l’Eau qui a bien compris nos demandes. »

5 M€ de plus en 2019

Avec 470 salariés ouvriers, et 120 cadres en fonction support, le site costarmoricain ne s’arrêtera pas à une unique salve d’investissement. Dès la fin de l’année 2019, une seconde enveloppe de 5 millions d’euros est déjà actée. « Nous allons optimiser nos flux logistiques de l’atelier pâtisserie salée, confirme Frédéric Duquerois. Tout cela dans une logique de gain de productivité mais dans un respect d’un savoir-faire manuel qui est la marque de fabrique de notre entreprise. »

Frédéric Duquerois, directeur industriel de Stalaven.
Frédéric Duquerois, directeur industriel de Stalaven. L'usine bretonne va bénéficier d'un investissement de 10 millions d'euros. — Photo : @DR