Côtes-d'Armor

Énergie

Se déployant dans les Côtes-d’Armor, les stations GNV doivent convaincre leurs futurs utilisateurs

Par Matthieu Leman, le 13 juin 2022

Les stations de gaz naturel véhicules (GNV) sont en train de se déployer dans les Côtes-d’Armor. Avec des ouvertures prévues à Quévert, Trégueux, Plouisy et Châtelaudren-Plouagat. Le gaz présente une alternative aux énergies fossiles mais son mode de distribution doit encore convaincre ses futurs utilisateurs.

La station de Quévert a été présentée par les porteurs de projets et les entreprises investies dans sa réalisation.
La station de Quévert a été présentée par les porteurs de projets et les entreprises investies dans sa réalisation. — Photo : Matthieu Leman

Quévert bénéficiera d’une station de gaz naturel véhicules (GNV). Les travaux ont débuté en avril et la station, située dans la zone d’activité du Bel Air, à Quévert, devrait être mis en service le 3 octobre. L’investissement se monte à 1,5 million d’euros. L’installation de cette station est portée par la Société d’économie mixte Énergies 22, qui rassemble dans son capital le Syndicat départemental d’énergies des Côtes-d’Armor, la Caisse des dépôts, des banques et des entreprises locales.

La station de Quévert comptera quatre bornes de recharge, sera ouverte 24 heures sur 24. Elle pourra fournir de l’énergie à 30 poids lourds chaque jour, avec possibilité de multiplier par deux ce chiffre si la demande se fait sentir. Si les entreprises de la zone d’activité sont visées, la station sera également ouverte aux véhicules des autres sociétés et même aux particuliers.

27 stations GNV en Bretagne

Le réseau de ces stations GNV, déployé sous l’impulsion de la Région, se densifie rapidement à l’échelle de la Bretagne. 27 d’entre elles viennent d’être ouvertes, le seront cette année ou l’année prochaine, ou sont à l’étude. Dans les Côtes-d’Armor, une ouverture à Trégueux est prévue avant la fin de l’année tandis que Plouisy et Châtelaudren-Plouagat devraient suivre l’année prochaine. Des implantations à Lannion, Rostrenen, Loudéac et Lamballe sont à l’étude.

Le GNV est un terme générique qui regroupe des carburants majoritairement composés de méthane. Dans le cas de la station de Quévert, il s’agira du gaz distribué via les réseaux domestiques, qui est comprimé et stocké dans les réservoirs des véhicules. À terme, l’équipement devrait pouvoir délivrer du gaz issu de la production de biogaz des méthaniseurs locaux.

Une solution parmi d’autres

Présent à la pose de la première pierre de la station de Quévert, mi-mai, Laurent Duponcel, dirigeant des sociétés de travaux publics STE Armor et Citeos (11 millions d’euros de chiffre d’affaires et 60 salariés pour les deux) se montre cependant prudent vis-à-vis de cette énergie. "Il faut voir à l’usage. Nos véhicules auront besoin de venir s’approvisionner à des heures précises, par exemple. Il ne faudrait pas qu’ils doivent attendre." La station fonctionnera en effet avec un minimum de stockage. Ensuite, la distribution se fera au rythme des compresseurs qui acheminent le gaz du réseau.

Cependant, la propulsion au gaz a, semble-t-il, de beaux jours devant elle. "On va y aller, on n’a pas le choix", convient Laurent Duponcel, en référence aux orientations des donneurs d’ordres et à la législation, qui poussent à l’utilisation d’énergies vertes. Son confrère, Steve Gouallo-Briard, responsable d’agence à ERS (3,5 millions d’euros de chiffre d’affaires, 23 salariés), également implantée à Taden, décline des atouts du GNV : "Pour les véhicules, la maintenance est plus simple, l’investissement supplémentaire négligeable et l’autonomie ne sont pas un problème pour des entreprises locales comme les nôtres." Par ailleurs, les ouvriers amenés à travailler près des machines ne respireront plus les émanations de diesel. Pour ces professionnels, le gaz n’apparaît pourtant que comme l’une des solutions, au même titre que l’électricité, par exemple, dont l’offre n’est cependant pas encore disponible pour leur secteur d’activité.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition