Saint-Cast Port d'Armor : La plaisance se muscle à l'Est

Par la rédaction, le 03 juillet 2009

Démarrée au début de l'année 2000, l'extension du port de plaisance de Saint-Cast-le-Guildo est arrivée à son terme, le 2juillet dernier, avec la mise en service officielle du bassin en eau profonde d'une capacité de 850 places. Commence désormais une deuxième étape fondamentale. Celle de l'intégration économique de ce nouvel équipement dans son environnement, pour qu'il devienne un quartier de vie à part entière. Un chantier confié à la chambre de commerce et d'industrie, concessionnaire du nouvel ensemble pour les quarante années à venir. Dossier réalisé par Julien Uguet
Le Journal des Entreprises, l'économie en régions — Photo : Le Journal des Entreprises

Moins de deux ans. C'est le temps qu'il aura fallu pour mener à bien la transformation du port de plaisance de Saint-Cast-le-Guildo, équipement vieillissant de 500 places en mouillage au fonctionnement artisanal, en un ensemble flambant neuf en eau profonde, accessible 24h/24, d'une capacité de 850 places sur pontons et 250 au mouillage. «C'est un véritable exploit technique qu'ont réalisé les cinq entreprises prestataires spécialisées dans les ouvrages maritimes, souligne Jannig Le Pévédic, directrice du service Mer au conseil général des Côtes-d'Armor, co-porteur du projet avec la commune de Saint-Cast-le-Guildo et la chambre de commerce et d'industrie. Le tout dans le respect d'une enveloppe budgétaire de 27,5M€, qui fait de ce chantier maritime le plus important de France sur la période 2007/2009.»




Pallier le manque de places

Mais Saint-Cast Port d'Armor entend avant tout répondre à la volonté de CG 22, porteur du projet, de poursuivre sa politique d'amélioration des infrastructures portuaires. Saint-Quay-Portrieux il y a 15 ans, Saint-Cast aujourd'hui, Le Légué demain. «Nous restons persuadés que l'espace maritime est l'un des principaux vecteurs de croissance de notre territoire dans les années à venir, confirme Michel Brémont, vice-président en charge des ports. Ce projet permet de pallier le manque de places dans le département (NDLR: on estime à 4.000 le nombre de demandes en attente), mais aussi de rééquilibrer le déficit entre l'ouest et l'est de la baie de Saint-Brieuc.»




Privilégier l'ancrage local

Pour exploiter ce nouveau port, le conseil général a cette fois choisi de faire appel au service d'un opérateur local... afin de ne pas reproduire l'erreur de casting de Saint-Quay Portrieux. Des cinq dossiers présentés dans le cadre de la délégation de service public, c'est celui de la Chambre de Commerce et d'Industrie des Côtes-d'Armor qui est sorti du lot. «Nous aurions pu conférer au port une dimension internationale, comme certains projets le proposaient, précise Michel Brémont. Nous avons privilégié l'ancrage local mis en avant par la CCI, le tout dans une logique d'exploitation durable du potentiel économique du site.» Un avis partagé par Gérard Le Bourhis, vice-président de la CCI 22 en charge des établissements gérés. «C'est une reconnaissance du travail mené par nos services depuis plusieurs années pour dynamiser la plaisance dans les Côtes-d'Armor. Cette troisième concession, après Pontrieux et Le Légué, permet à la chambre d'affirmer pleinement son ambition sur la filière nautique.»




Créer un quartier de vie

Saint-Cast Port d'Armor ne sera pas uniquement un outil dédié à la plaisance. Le site se fixe comme objectif, à l'horizon 2012, de constituer «un nouveau quartier de vie» pour Saint-Cast-le-Guildo. «Pas question d'en faire un hangar à bateau», confirme Alain Le Roux, directeur des établissements gérés à la chambre de commerce et d'industrie. Un véritable projet d'urbanisation des 4 ha de terre-pleins autour du bassin est dans les cartons. «Le cabinet Univers a été sollicité pour imaginer un concept architectural mêlant habitat, commerce et activité économique, confirme Jean Fernandez, maire de Saint-Cast-le-Guildo. Le développement durable des lieux, qui passera par une importante végétalisation des infrastructures et des bâtiments, est fondamental. Il n'est pas question de faire un Saint-Quay bis.»




Développer l'économie

Alors que le terre-plein des Vallets sera dédié au tourisme, celui des Cannevez, situé à l'extrémité, est amené à prendre une dimension technique. «Nous disposerons dès cette année d'un élévateur à bateau d'une capacité de 25 tonnes, d'une potence de levage et d'un ponton carburant, ajoute Alain Le Roux. Une aire de carénage va être rapidement mise en service. Et une zone dédiée aux entreprises complétera l'offre.» Environ 12M€ supplémentaires devraient être investis dans cette deuxième phase. Des travaux qui devraient durer encore plusieurs années. «Nous allons aller le plus vite possible pour éviter tout risque d'immobilisme du port.» L'enjeu est grand pour ne pas reproduire à Saint-Cast Port d'Armor les erreurs qui ont longtemps pénalisé la croissance bétonnée de son homologue situé à l'ouest, Saint-Quay Port d'Armor.

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture