Saint-Brieuc : Le développement économique vu par les patrons

Par Julien Uguet, le 08 juillet 2016

L'étude sur la perception du soutien à l'économie, menée auprès de 340 dirigeants du Pays de Saint-Brieuc, ne ménage pas le monde politique. Loin d'une simple critique, le rapport propose des actions concrètes pour soutenir les entreprises.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Sous l'impulsion de la chambre de commerce et d'industrie des Côtes-d'Armor, six dirigeants viennent de travailler sur la problématique du développement économique à l'échelle du pays de Saint-Brieuc. Cette réflexion, menée dans le cadre de la réforme des intercommunalités, a pour objectif de faire émerger des préconisations à court et moyen terme à destination des décideurs publics.

340 réponses motivées
« Au-delà de ce groupe moteur, 340 sociétés ont répondu à un questionnaire sur ce sujet, précise Sandrine Chandemerle, conseiller entreprise et animatrice économique du Pays de Saint-Brieuc à la CCI 22. L'objectif a été de faire preuve de pragmatisme dans une logique constructive. » Six grands chapitres ont ainsi été mis en exergue.

1- Les motivations de l'implantation sur le territoire
Les dirigeants qui s'implantent en Côtes-d'Armor restent majoritairement costarmoricains ce qui témoigne de faiblesse dans le développement exogène. L'image vers l'extérieur du territoire, qui ne correspond pas à la réalité, est clairement pointée du doigt ce qui freine l'implantation d'activité à forte valeur ajoutée. Dans cette logique, l'étude propose de s'appuyer sur l'identité maritime du Pays de Saint-Brieuc et d'intensifier les actions de séduction dans les salons comme peut le faire Côtes-d'Armor Développement avec certaines interco. La création d'un guichet unique, pour tout nouvel arrivant, est demandée par tous ainsi qu'une priorisation des budgets vers le développement éco comme peut aujourd'hui le faire la Cidéral à Loudéac.

2- L'efficacité des projets structurants
Les projets existent mais difficile, aux yeux des patrons, de se projeter à l'horizon 2020/2025 quant aux contours du territoire. Dans cette logique, la mise en place d'une feuille de route appréhendable par le monde économique peut permettre de réconcilier entreprises et politiques. L'émergence d'un leader politique sur les sujets économiques doit permettre de porter la voix du Pays à l'extérieur afin d'améliorer le travail du lobbying. En attendant, les patrons sondés ne seraient pas contre jouer un rôle d'ambassadeur lors de leur déplacement sur Paris ou à l'étranger. Encore faut-il qu'on leur donne un plan de route à défendre ?

3- Les outils de développement économique
Une meilleure connaissance par le monde politique de ces sujets est souhaitée par tous. Dans cette logique, le rôle des chambres consulaires est essentiel car elles disposent déjà de toutes les clés pour faire connaître les outils de développement économique auprès des créateurs ou des repreneurs. Les gares doivent également devenir des noeuds économiques pour le Pays de Saint-Brieuc. C'est là que s'effectue la première impression sur un territoire. Enfin, le monde politique doit conforter la place de la technopôle, des pépinières et des réseaux d'entreprises dans leur soutien au développement économique.

4- La perception des structures d'accompagnement
La lisibilité des actions des chacune est clairement pointée du doigt. Les doublons amènent régulièrement à la question « qui fait quoi ? ». Ainsi, les patrons militent pour que les collectivités se concentrent sur les offres en foncier et les dispositifs d'aides, là où les chambres consulaires jouent un rôle de relais et de prescripteur. Si les réseaux d'entreprises fonctionnent bien, la mise en réseau des structures d'accompagnement est souhaitée.

5- Les zones d'activités
Le Pays manque de cohérence en terme d'offre foncière d'où la nécessité d'un état des lieux précis et d'une meilleure coordination entre Saint-Brieuc et Lamballe. Le faible coût du foncier et les services offerts par les ZA sont deux arguments marketing qui peuvent faire la différence. 6

6- Les enjeux de la formation et du recrutement
Un observatoire des besoins en main-d'oeuvre apparaît comme une solution adaptée afin de mettre en place une offre de formation adaptée. Le rôle des agences d'intérim devient central par leur connaissance du tissu local. Enfin, toujours sur cette question de l'image, le Pays de Saint-Brieuc dispose de filières d'excellence mais n'affiche aucune ambition pour en faire la promotion. C'est pourtant un élément central de l'attractivité du territoire.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises