Saint-Brieuc

Collectivité

Interview Saint-Brieuc Expo Congrès : « L'agglo doit comprendre notre situation financière fragile »

Entretien avec Philippe Picou, président de Saint-Brieuc Expo Congrès

Propos recueillis par Julien Uguet - 08 juin 2020

Confronté à un recul sans précédent de son activité, Saint-Brieuc Expo Congrès, gestionnaire du parc des expositions de Saint-Brieuc, veut ouvrir une discussion avec Saint-Brieuc Armor Agglomération, son délégataire, pour assouplir les conditions de la redevance qu’elle lui doit dans le cadre du contrat de délégation de service public.

Philippe Picou, président de Saint-Brieuc Expo Congrès.
Philippe Picou, président de Saint-Brieuc Expo Congrès. — Photo : @DR

Trois mois après l’arrêt brutal de ses activités, à cause du confinement lié au coronavirus, comment se porte Saint-Brieuc Expo Congrès ?

Philippe Picou : Après la panique, car tout s’annulait à tour de bras, notre activité est revenue au calme plat. Sur 11 salariés qui pilotent au quotidien les activités du palais des congrès de Saint-Brieuc et la salle de spectacles Hermione, 10 sont au chômage partiel à 100 %. Seul notre directeur, Pascal Jourand, est présent à raison, uniquement, de deux demi-journées par semaine. La situation est catastrophique dans le sens où tout s’est arrêté net du jour au lendemain. Nous avons dû annuler nos deux gros salons, Habitat en mars et la foire-exposition en septembre soit une perte sèche de chiffre d’affaires de 350 000 euros et 750 000 euros. Un million d’euros en moins, ce n’est pas anodin dans un compte de résultat.

Qu’en est-il des activités séminaires et concerts ?

Philippe Picou : À date, nos clients ont quasiment tout annulé jusqu’à la fin de l’année : les colloques, les assemblées générales, les arbres de Noël, les séminaires, etc. Il nous reste encore des dates bloquées d’octobre à décembre. On espère les honorer. Quant aux concerts, tout a été annulé par les tourneurs jusqu’à fin 2020. Le premier concert annoncé, celui de benjamin Biolay, l’est pour le 28 janvier 2021. Toutefois, on ne sait pas encore dans quelle configuration et avec quelles contraintes sanitaires. Si c’est pour avoir un siège sur deux ou trois de vides… le modèle économique ne sera pas au rendez-vous.

Financièrement, où en est Sbec ?

Philippe Picou : Dans le moins mauvais des scénarios que nous avons réalisé depuis le début de cette crise, notre chiffre pourrait atteindre 700 000 euros, là où il est habituellement de 2,7 millions d’euros. En résultat net, cela nous amène à une perte sèche comprise entre 500 000 euros et 800 000 euros. On espère sauver les meubles notamment avec l’organisation d’un salon du vintage en novembre 2020 et d’un mini-salon de l’habitat en octobre en lien avec les portes ouvertes des concessions automobiles. Mais, pour l’instant, tout cela n’est qu’une hypothèse. La seule véritable information que nous avons, au-delà d’une situation financière compliquée, est que le chômage partiel de nos salariés va au moins perdurer jusqu’au 15 septembre.

En janvier 2021, vous devez payer à votre délégataire, Saint-Brieuc Armor Agglomération la seconde traite fixe de la redevance exigible pour la délégation de service publique. Vous en serez capable ?

Philippe Picou : Le sujet est sur la table. Nous avons informé les équipes de l’agglomération de Saint-Brieuc de notre situation économique actuelle et à venir. Sbec a les moyens, via une gestion saine de sa trésorerie depuis de nombreuses années, et des bons résultats qui ont bénéficié à notre délégataire sur la part variable de la redevance, d’honorer les 500 000 euros de la seconde traite fixe. Toutefois, l’idée n’est pas de s’appauvrir encore plus avec un trou en 2020 qui, je le rappelle, sera déjà compris entre – 500 000 euros et – 800 000 euros.

Que demandez-vous à Saint-Brieuc Armor Agglomération ?

Philippe Picou : La résilience pour revenir aux spectacles ou en congrès prendra du temps. Ce ne sera pas le retour d’une activité pleine en janvier 2021. Je parie plutôt sur deux à trois ans. Il faut que notre délégataire comprenne cela. Le risque de devoir se serrer la ceinture, voire de se restructurer au niveau social, est bien réel. Nous avons prévu de revoir la nouvelle équipe de l’agglomération qui sera élue mi-juillet. On espère bien trouver un terrain d’entente.

Philippe Picou, président de Saint-Brieuc Expo Congrès.
Philippe Picou, président de Saint-Brieuc Expo Congrès. — Photo : @DR

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail