Lannion

Formation

Premier client pour la prometteuse start-up Anemon

Par Néréa Brouard, le 13 mai 2022

Évoluant dans le domaine de la formation, avec une offre innovante d’envois de SMS, la start-up Anemon vient de signer son premier client, l’entreprise Nutréa, spécialiste de la nutrition animale dans le Grand ouest.

Fleur-Eve Le Foll a lancé la start-up Anemon.
Fleur-Eve Le Foll a lancé la start-up Anemon. — Photo : DR

La start-up Anemon a été créée par Fleur-Eve Le Foll en 2021. "L’entreprise accompagne les entreprises qui souhaitent booster la formation de leurs employés par le biais de SMS, à raison de quatre minutes par jour. Afin de limiter l’empreinte carbone grâce à des textes courts plutôt que des vidéos. "

Ayant intégré le réseau Entreprendre, celui de Femmes entrepreneuses d’Orange et le Village by CA, l’entrepreneuse a signé récemment son premier client : Nutréa, spécialiste de la nutrition animale dans le Grand ouest. L’entreprise démarche également les ETI à partir de 250 salariés, les fondations ou ONG, les cabinets conseil RH ainsi que les universités.

Deux alternants en cours de recrutement

Pour lancer sa start-up, Anemon, Fleur-Eve Le Foll a fait appel aux dispositifs d’accompagnement et de financement. La jeune société s’est installée à la technopole Anticipa, à Lannion. "Cela m’a permis de développer des prototypes en low-code (approche de développement logiciel qui nécessite peu ou pas d’écriture de code, NDLR) avec des fonds propres. Le dispositif Emergys de la Région Bretagne m’a alloué 25 000 euros, moitié subventions, moitié prêt remboursable. J’ai ainsi pu assurer les frais propres à la création de l’entreprise : la comptabilité, les études de faisabilité… En parallèle, j’ai également sollicité des prêts d’honneur auprès d’Initiative Trégor et de Phar Bretagne. 40 000 euros en tout. Ce financement rend possible le recrutement de deux jeunes en alternance dans le courant de cette année. Et le développement de la deuxième version de la plate-forme ainsi que tout l’aspect communication comme le site Internet et l’identité de la marque." Quant à faire entrer des investisseurs au capital, ce n’est pas d’actualité. "Je me concentre sur la prospection de clients."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition