Lannion

Technologies

Lumnex ouvre son capital pour s’emparer d’un marché de 100 milliards de dollars

Par Matthieu Leman, le 20 mai 2022

Lumnex, fabricant lannionnais de systèmes de gestion connectée des éclairages publics, a développé un boîtier breveté de détection du charançon rouge, qui décime les palmiers dans le monde. L’entreprise ouvre son capital pour conquérir les marchés de l’Afrique et du Moyen-Orient. Mais une offre saoudienne pourrait entraîner la scission en deux entités de la PME.

Lumnex mène en Espagne depuis fin 2021 une expérimentation de son système, à laquelle a participé activement Brahim Zaim, le dirigeant de la PME lannionnaise.
Lumnex mène en Espagne depuis fin 2021 une expérimentation de son système, à laquelle a participé activement Brahim Zaim, le dirigeant de la PME lannionnaise. — Photo : DR

C’est une petite bête qui pourrait rapporter gros à Lumnex (chiffre d’affaires 2021 non significatif, un million d’euros attendus en 2022, douze salariés). L’entreprise lannionnaise a mis au point depuis deux ans un outil de détection de la présence du charançon rouge dans les palmiers. "Nous pouvons repérer sa présence de manière très précoce", explique Brahim Zaim, gérant fondateur de la PME. "C’est comme une police d’assurance pour le palmier." L’infection est constatée mais aussi le degré d’infection, pour que puissent être mises en œuvre rapidement les mesures nécessaires pour l’éradiquer.

Après la mise au point du boîtier connecté, breveté, qui doit être installé sur chaque arbre, le système est entré en phase de test grandeur nature en décembre 2021 en Espagne. Un autre test devait être mené fin mai par l’Office national de la sécurité et de la santé alimentaire du Maroc. "S’il est concluant, nous avons un engagement d’achat de 5 000 équipements, pour un montant d’un million d’euros", se félicite le chef d’entreprise. Une somme qui pourrait n’être qu’une petite partie d’un gâteau qui s’annonce énorme. "Rien qu’en Arabie saoudite, le marché pourrait s’élever à entre cinq et dix milliards de dollars. Dans le monde, on parle de 100 milliards de dollars."

L’Afrique et le Moyen-Orient visés

Pour constituer une force commerciale capable de profiter de ces opportunités dès le deuxième semestre de cette année, notamment vers l’Afrique et le Moyen-Orient, Brahim Zaim et ses associés ouvrent le capital de leur entreprise. "Nous souhaitons céder 10 % pour deux millions d’euros", affirme le Costarmoricain. Mais un investisseur saoudien est entré dans la danse il y a quelques semaines. "Il a émis deux conditions : être majoritaire et que le siège de la société se trouve à Riyad." Avec cette offre, l’une des hypothèses serait désormais de séparer cette activité agricole de Lumnex de l’activité historique de la société : les luminaires connectés.

Avant la crise sanitaire, Lumnex se trouvait en fort développement sur ce secteur. La PME avait notamment équipé les villes de Paris et de La Mecque en Arabie saoudite, notamment, de systèmes de gestion connectée de l’éclairage public. Des projets, en partie réalisés avant le Covid, prévoyaient des déploiements à Canberra (Australie), à Chicago (équipements de tunnels) et San Francisco aux États-Unis. La crise sanitaire a ralenti l’activité mais l’automatisation des éclairages publics pourrait revenir dans l’agenda des collectivités.

Vectrawave mise en vente

Brahim Zaim est également en passe de céder une entreprise qu’il avait reprise il y a trois ans, Vectrawave (trois millions d’euros de chiffre d’affaires en 2021, quinze salariés) installée à Lannion. Le fabricant de semi-conducteurs, évoluant sur les marchés de la Défense et des télécommunications, est valorisé par Brahim Zaim à hauteur de 20 millions d’euros. "Nous sommes en discussion avec une boîte américaine qui se situe dans le même secteur", confie le chef d’entreprise.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition