Lannion

Technologies

Lumibird crée un poste de directeur RSE

Par Matthieu Leman, le 27 juillet 2021

Leader européen des technologies laser, l'entreprise costarmoricaine Lumibird s'est dotée fin juin d'un directeur RSE. Une création de poste qui vise à accompagner l’évolution du groupe et à répondre aux attentes des fonds d’investissement dans ce domaine.

Frédéric Chiquet est le premier directeur RSE de Lumibird.
Frédéric Chiquet est le premier directeur RSE de Lumibird. — Photo : Matthieu Leman

Frédéric Chiquet a été nommé fin juin au poste de directeur RSE de Lumibird (800 salariés, 126,7 millions d'euros de chiffre d'affaires 2020), le fabricant et distributeur de solutions laser haute performance à usages scientifiques, industriel et médical, basé à Lannion (Côtes-d'Armor). Entré dans le groupe en 2007, l’homme âgé de 58 ans a occupé différentes fonctions dans la gestion de programmes, ce qui lui permet d’avoir une vision transversale de la société cotée.

La création de son nouveau poste répond à deux objectifs. En interne, il s’agit de "mettre en place un système qui dynamise durablement la structure. Pour cela, la notion d’agilité est fondamentale", explique Frédéric Chiquet. Il compte s’appuyer sur la centaine d’indicateurs déjà mis en place dans l’entreprise. "Mais ce qui fonctionnait pour un groupe de 425 collaborateurs, comme nous l’étions fin 2017, doit désormais être adapté au regard du doublement de notre effectif. Notre objectif est de franchir un nouveau palier à l’horizon de deux ou trois ans." Ces indicateurs "qui peuvent sembler au premier abord inertes sont en réalité extrêmement vivants et révélateurs du dynamisme du groupe", plaide-t-il.

Ce système s’appuiera sur quatre piliers : la gouvernance, la dimension sociale, la dimension environnementale et l’interaction avec l’écosystème. Le groupe Lumibird, qui possède des filiales dans des pays aussi différents que la Pologne, la Chine ou l’Australie, prévoit d'envisager une homogénéité des actions. "Il faut tenir compte du contexte et de la législation du pays."

Le RSE comme levier

Les mesures qui seront adoptées après une phase de lancement de quelques mois auront également pour vocation à accroître la "fidélisation, l’implication et la motivation des salariés", décrit Frédéric Chiquet. Un objectif essentiel quand le groupe continue d’embaucher (quinze postes étaient ouverts fin juillet pour le site de Lannion), en raison notamment de sa volonté de verticaliser sa production, avec l’objectif de monter en puissance dans ce domaine.

D’autre part, cette création du poste de directeur RSE répond à un impératif capitalistique. "C’est une demande qui émane en particulier des fonds d’investissement. Une société cotée doit avoir cet outil car des études montrent qu’il est gage de performances." Le RSE doit être "un bras de levier pour accompagner le groupe dans son évolution."

Frédéric Chiquet travaillera dans un premier temps sans collaborateurs directs et utilisera les budgets des différents sites pour mettre en place les mesures dans un domaine ou les référentiels ne sont pas bien reconnus. "C’est un domaine relativement nouveau, qui est en pleine évolution. La norme Iso 26000 (premier standard international en matière de RSE, NDLR), par exemple, n’a pas pour le moment été validée aux États-Unis. Il faut par conséquent prendre en compte que nous sommes possiblement en dehors du bon cadre. Mais ça ne doit en aucun cas être un frein à nos ambitions RSE tant elles peuvent contribuer immédiatement à notre performance."

Frédéric Chiquet est le premier directeur RSE de Lumibird.
Frédéric Chiquet est le premier directeur RSE de Lumibird. — Photo : Matthieu Leman

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail