Énergie

Les pêcheurs des Côtes-d'Armor dénoncent « le mépris d’Ailes Marines »

Par Julien Uguet, le 30 janvier 2020

Le comité des pêches des Côtes-d’Armor confirme son opposition au parc éolien offshore en baie de Saint-Brieuc tant que les garanties demandées ne seront pas données.

En Côtes-d'Armor, la filière pêche représente 300 navires de pêche, 800 marins pêcheurs, 20 ateliers de mareyages et de transformations pour un total de 2 400 emplois à terre.
En Côtes-d'Armor, la filière pêche représente 300 navires de pêche, 800 marins pêcheurs, 20 ateliers de mareyages et de transformations pour un total de 2 400 emplois à terre. — Photo : @DR

La pilule ne passe pas dans le monde de la pêche et pourrait se révéler être une grosse épine dans le pied d’Ailes Marines quand les premiers coups de pioches auront lieu au large de la baie de Saint-Brieuc. Le 18 avril 2017, le préfet des Côtes-d’Armor délivrait à Ailes Marines et à RTE les autorisations concernant la réalisation du parc éolien et son raccordement. Y étaient intégrées, à la demande des comités des pêches des Côtes-d’Armor, d’Ille-et-Vilaine et de Bretagne, de nombreuses prescriptions afin d’apporter, avant le début du chantier, des garanties sur l’ensouillage de la totalité des câbles et des réponses concernant les impacts du projet sur les ressources halieutiques (bruit, impact sur les courants marins, zone d’exclusion, etc.) Pour les pêcheurs, « Ailes Marines fait preuve de beaucoup de mépris en évoquant un début de construction en 2021 alors que ces réponses ne sont toujours pas apportées. »

Le poids économique de la filière

Déjà arc-boutés contre l’implantation du port de maintenance à Saint-Quay-Portrieux, à proximité immédiate de ses quais de déchargement, la profession se fait même menaçante en réaffirmant le fait que « le projet ne pourra pas voir le jour tant que les engagements pris ne seront pas respectés. » Dans la balance, les pêcheurs costarmoricains mettent en avant leur poids : 300 navires de pêche, 800 marins pêcheurs, 20 ateliers de mareyages et de transformations pour un total de 2 400 emplois.

En Côtes-d'Armor, la filière pêche représente 300 navires de pêche, 800 marins pêcheurs, 20 ateliers de mareyages et de transformations pour un total de 2 400 emplois à terre.
En Côtes-d'Armor, la filière pêche représente 300 navires de pêche, 800 marins pêcheurs, 20 ateliers de mareyages et de transformations pour un total de 2 400 emplois à terre. — Photo : @DR

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.