Côtes-d'Armor

Agroalimentaire

Les criées d’Erquy et de Saint-Quay reculent en volume, pas en valeur

Par Julien Uguet, le 08 février 2018

Si les tonnages de produits de la mer commercialisés par les criées costarmoricaines reculent de 4,8 % en 2017, leur valorisation est en hausse avec un chiffre d’affaires cumulé proche de 60 M€ en hausse de 2,4 %.

Photo : DR

Moins mais mieux. Voilà en substance comment peut se résumer l’année 2017 pour les criées des Côtes-d’Armor. En 2017, 21 123 tonnes de produits de la mer ont été vendues par les sites d’Erquy et de Saint-Quay-Portrieux à un prix moyen de 2,83 €/kg. Si le tonnage affiche une baisse de 4,8 %, le chiffre d’affaires est en hausse sensible de 2,4 % par rapport à 2016 pour atteindre 59,8 M€. Il s’agit de la 4e meilleure année en valeur vendue en 40 ans d’existence.

Cette tendance est relativement homogène entre les deux criées Saint-Quay-Portrieux recule de 7,2 % en tonnage mais augmente de 4 % en valeur. De son côté, Erquy perd 2,5 % en tonnage et gagner 1,1 % en valeur.

La Saint-Jacques fait moins recette

Une part importante de la variation de tonnage globale est imputable à la baisse d’apports de coquillages (-14,9 % en quantité et -8,0 % en valeur). Les débarquements de coquilles Saint-Jacques baissent de 6,9 % en quantité et 5,1 % en valeur. Le gisement de la Baie de Saint-Brieuc est le principal concerné par ces variations, ses apports chutent de 13,7%.

De son côté, la pêche au large, dont les débarquements représentent plus de 88 % des tonnages de poisson et de céphalopode vendus, augmente de 4,1 % en tonnage et de 9,0 % en valeur. Pour les côtiers, la variation du cumul des apports est importante avec - 9% en quantité et en valeur. Cette variation est très largement imputable à la mauvaise campagne de seiche de printemps pour ces navires.

Photo : DR

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture