Côtes-d'Armor

Agriculture

L'équipementier Asserva à Lamballe se tourne vers l’export

Par Julien Uguet, le 26 juin 2018

Spécialiste des solutions automatisées pour l'agriculture, Asserva à Lamballe veut capitaliser sur ses innovations pour renforcer sa présence à l'export. 

Dominique Cantin, directeur général d'Asserva à Lamballe.
Dominique Cantin, directeur général d'Asserva à Lamballe. — Photo : @JulienUguet

Reprise par trois de ses cadres en 2008, Asserva à Lamballe n’a eu de cesse de faire du collaboratif avec l’univers des stations expérimentales l’un de ses atouts. Désormais pilotée par les historiques Dominique Cantin et Louis-Pierre Campion, rejoints au capital par Sarah Lechaix et Xavier Cordon, la PME s’appuie sur cette carte maîtresse pour développer son potentiel à l’export.

Confronté à un marché en recul sur le territoire français, ce spécialiste des solutions automatisées pour l'agriculture trouve dans l’international un relais de croissance salvateur. « Nous avons équipé une grande partie des stations expérimentales porcines dans les grands pays producteurs, précise Dominique Cantin, directeur général d’Asserva. Les performances enregistrées grâce à nos process innovants sont la meilleure des cartes de visite pour convaincre des éleveurs étrangers de nous faire confiance. »

Anticiper les pathologies

S’ils reconnaissent avoir senti un vent défavorable souffler ces derniers mois, les dirigeants d’Asserva ont de nouveau le cap tourné vers l’avenir. « Nous n’avons de cesse d’optimiser nos automates d’alimentation, de ventilation, de chauffage, etc. Dans une logique actuelle de limitation des antibiotiques, l’amélioration de l’environnement d’élevage est stratégique. »

Sur les dernières nouveautés lancées parmi les 5 à 6 innovations annuelles, la PME costarmoricaine (13,5 millions d’euros de chiffre d’affaires, 97 salariés) mise sur son abreuvoir connecté. « C’est un produit relativement simple qui permet d’adapter la ration d’eau à l’individu. Toutefois, son but va plus loin. L’idée est de détecter, par une quantité anormale d’eau consommée, une problématique de santé. Nous rentrons, avec ce type de produit, dans une nouvelle ère, celle de l’anticipation des pathologies. Il sera possible d’isoler une vache ou un cochon qui présente des paramètres anormaux avant qu’il ne contamine l’ensemble du cheptel. »

Capitaliser sur Asserva Énergies

S’appuyant sur un bureau d’étude performant, Asserva entend faire de ses solutions connectées l’un de ses atouts pour séduire à l’export. « Les firmes étrangères sont venues en France en imposant une concurrence agressive contre laquelle il est difficile de lutter quand les armes ne sont pas égales. Cela nous a confortés dans notre démarche de faire de l’innovation à forte valeur ajoutée un axe de différenciation. »

Si le marché hexagonal n’est pas oublié pour autant, il sert également de terrain de jeu à Asserva Énergies Renouvelable qui développe notamment des solutions de chauffages ultra-performantes. « Nous avons une véritable preuve par l’exemple avec notre siège social de Lamballe, ajoute Dominique Cantin. Couplé à des travaux de rénovation et d’isolation, nous avons changé notre chaudière à fuel par une chaudière à bois alimenté par un silo à granulés. Le gain a été immédiat avec un retour sur investissement sur 5 ans. Nous allons proposer cette solution aux industriels du territoire car ce concept est économiquement pertinent et performant. »  

Dominique Cantin, directeur général d'Asserva à Lamballe.
Dominique Cantin, directeur général d'Asserva à Lamballe. — Photo : @JulienUguet

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.