Côtes-d'Armor

Réseaux économiques

Le réseau Plato se relance après la crise du Covid

Par Matthieu Leman, le 04 octobre 2022

Le réseau Plato, développé par les CCI, a souffert de la pandémie dans les Côtes-d’Armor. Mais s’il était passé de huit à quatre groupes de chefs d’entreprise, il devrait repasser à six dans les prochaines semaines.

Magali Giddio est la coordonnatrice du réseau Plato sur le département des Côtes-d’Armor depuis le début de l’année.
Magali Giddio est la coordonnatrice du réseau Plato sur le département des Côtes-d’Armor depuis le début de l’année. — Photo : DR

Plato, le "réseau des chefs d’entreprise de la CCI" tel que le définit la CCI des Côtes-d’Armor, cherche à relancer ce programme né il y a 15 ans qui, suite à la crise sanitaire, a vu le nombre de ses participants se réduire de moitié. Dans les Côtes-d’Armor, huit groupes de 12 à 15 dirigeants, représentant 120 entreprises étaient en place. Ils ne sont aujourd’hui plus que quatre : deux à Saint-Brieuc, un à Dinan et un autre sur le territoire de Leff Armor Communauté. Mais deux autres devraient ouvrir en début d’année prochaine, à Lannion et Lamballe.

"Les groupes repartent de plus belle", s’enthousiasme Magali Giddio, coordonnatrice du réseau sur le département depuis le début de l’année. "Plato est un réseau qui permet d’aborder les problématiques du quotidien et fait progresser les dirigeants, qui s’engagent pour deux ans, dans leur vie de chef d’entreprise. C’est presque comme de la formation."

Partage d’expérience

Les réunions, qui se déroulent une fois par mois de 9 h à 12 h, s’ouvrent par un tour de table de l’humeur des adhérents. Puis l’animateur, souvent un cadre dirigeant d’une grosse entreprise tandis que les adhérents se recrutent parmi les dirigeants de TPE et PME, aborde des sujets d’actualité. Enfin, une problématique fait l’objet d’une analyse et de discussions voire de co-développement et des experts viennent apporter un éclairage sur des thématiques proposées.

"Nous sommes dans l’échange, le partage d’expérience et, toujours, la bienveillance", souligne Magali Giddio. Les patrons, dont les entreprises ne sont pas concurrentes entre elles, viennent "sortir de leur isolement, pour ne pas ramener les problèmes à la maison. Une proximité s’installe, on finit par bien se connaître et parfois faire du business. Mais ce n’est pas l’objectif premier", ajoute la coordonnatrice.

Parmi les thèmes abordés récemment figurent par exemple, l’énergie, l’environnement, le pilotage de performance et le recrutement des jeunes de la génération Z.

"Les réunions de Plato sont un bon moyen de développer son réseau", raconte ainsi Frédéric Sohier, membre du réseau, qui gère le groupe Bâti Création (2 M€ de CA en 2022, 17 salariés) basé à Taden. J’avais besoin de parler, de réfléchir au développement de mon entreprise et envie de partager mon expérience : j’ai trouvé tout ça dans le réseau."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition