Côtes-d'Armor

Distribution

Le réseau bio La Gambille renoue avec ses fondamentaux

Par Julien Uguet, le 25 février 2021

Piloté par un nouveau conseil d’administration et un nouveau directoire, le réseau de distribution costarmoricain La Gambille a redéfini ses projets et ses orientations : 100 % bio et des prix plus justes autour d’une éthique retrouvée.

Claude Loncle a succédé à Marc Morelle à la tête du directoire du réseau bio La Gambille à Saint-Brieuc.
Claude Loncle a succédé à Marc Morelle à la tête du directoire du réseau bio La Gambille à Saint-Brieuc. — Photo : Julien Uguet

Avec désormais cinq magasins dans l'agglomération de Saint-Brieuc, 72 salariés, 110 producteurs locaux partenaires, 10 000 sociétaires actifs et 12,6 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2020, La Gambille est entrée en quelques années dans la cour des grands des réseaux de distribution bio bretons.

Victime de son succès, l’enseigne Biocoop, dont le siège est à Trégueux (Côtes-d'Armor), a affronté les démons de sa jeunesse, en 2019, avec une crise de gouvernance profonde. "C’était avant tout des frictions internes fortes sur la philosophie et les fondamentaux de La Gambille, précise Catherine Mayer, vice-présidente du conseil de surveillance. Ces divergences ont eu pour conséquence de rendre le climat difficile parmi les salariés mais aussi entre les sociétaires."

Se développer autour de l’histoire

Également directeur de la société coopérative de consommateurs, Marc Morelle, président du directoire de l’époque et architecte de la croissance du réseau, avait alors été désavoué par le conseil de surveillance lors d’une assemblée générale tumultueuse. "L’entreprise a vacillé pour mieux se relever, confesse Claude Loncle, nommé à la tête du directoire. Sans renier notre développement, il devenait essentiel de renouer avec notre histoire."

Fort d’une grande expérience du bio, cet ancien éleveur, fin connaisseur des rouages des structures coopératives, se voit fixer une feuille de route très claire. "Nous avons souhaité que La Gambille se réoriente vers des valeurs plus humaines et que sa stratégie de développement tienne compte des enjeux actuels de consommation locale autour de prix justes et responsables, confirme Catherine Meyer. En interne, une forme d’éthique et d’apaisement devait être retrouvée. "

La stratégie commerciale fonctionne

Si les projets d’expansion commerciale ne sont pas abandonnés, ils sont désormais davantage réfléchis. Les 450 000 euros investis dans le dernier point de vente de Pordic en sont un parfait exemple. "Le magasin de Plérin arrivait à saturation et 20 % de sa clientèle venait de la côte du Goëlo, précise Claude Loncle. On s’est dit qu’il y avait un coup à jouer avec un magasin de proximité sur 400 m². C'est d’ailleurs ce modèle d’avenir que nous porterons désormais, celui d’être au plus près des bassins de consommation. Les premiers résultats de fréquentation sur Pordic nous donnent raison. Et 520 nouveaux sociétaires nous ont rejoints en 2020."

La Gambille profite de cette nouvelle dynamique pour réaffirmer ses engagements sociaux sociétaux (dons aux Restos Bébé du cœur, défi Zéro déchet, etc.). Sur ce volet, l’enseigne a même été retenue comme pilote au sein du réseau national des Biocoop. "La centrale concentre 74 % de nos achats mais nous entendons accroître la part du local actuellement de 21 %, conclut Claude Loncle. L’idée est de nouer des partenariats de proximité encore plus nombreux pour aider au développement de la bio dans nos campagnes."

Claude Loncle a succédé à Marc Morelle à la tête du directoire du réseau bio La Gambille à Saint-Brieuc.
Claude Loncle a succédé à Marc Morelle à la tête du directoire du réseau bio La Gambille à Saint-Brieuc. — Photo : Julien Uguet

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail