Bretagne

Ressources humaines

Le groupement d’employeurs Actiss fait construire de nouveaux locaux

Par Matthieu Leman, le 22 novembre 2022

Le groupement d’employeurs Actiss, qui vient de fêter ses 20 ans, dont le siège se trouve à Loudéac (Côtes-d’Armor), va faire construire un nouveau bâtiment à Pontivy (Morbihan) en 2023, où il était jusqu’alors locataire. L’association, qui rayonne sur le Centre Bretagne, s’est ouverte aux professions médico-sociales et aux associations et a commencé une activité de recrutement.

Alexandra Glais, directrice, Lionel Méheut (au centre) et Jean-Marc Chevalier, membres du conseil d’administration d’Actiss, ont fêté les 20 ans du groupement d’employeurs.
Alexandra Glais, directrice, Lionel Méheut (au centre) et Jean-Marc Chevalier, membres du conseil d’administration d’Actiss, ont fêté les 20 ans du groupement d’employeurs. — Photo : Matthieu Leman

Le groupement d’employeurs Actiss (2,74 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2021, cinq salariés), dont le siège se trouve à Loudéac, va faire construire au début de 2023 un bâtiment pour y accueillir son équipe installée à Pontivy (Morbihan), qui se trouvait jusqu’alors dans des locaux où l’association était locataire. Le bâtiment de 250 m², situé en face du Palais des congrès, nécessitera un investissement d’au moins 300 000 euros. "Nous n’avons pas encore tous les retours de devis", précise Alexandra Glais, directrice de l’association. "Notre objectif est de faire travailler nos adhérents." L’ouverture est prévue à la fin de l’année.

Le groupement d’employeurs Actiss, qui met à disposition de ses adhérents des salariés compétents sur des métiers variés en temps partagé, est né de la fusion, il y a 20 ans, de Tisserent (Loudéac) et d’Activy (Pontivy). Son activité s’étend en Centre Bretagne, sur les territoires de Loudéac, Pontivy, Baud et Locminé. "La fusion des deux structures nous a mis un gros coup de vent dans le dos", souffle la directrice. Les heures de mise à disposition des salariés vont augmenter de 8 % cette année. Le groupement a étendu ses secteurs d’activité au médico-social, aux associations et plus globalement aux activités ne nécessitant pas de facturation incluant la TVA. Et a développé une activité complémentaire de recrutement, faisant fructifier sa base de 3 200 CV.

160 adhérents

Les adhérents sont au nombre de 160, présents dans tous les secteurs d’activité et de toute taille : de 0 salarié à des groupes comme Eureden ou Roullier, via leurs filiales respectives Gelagri et Pâtisseries Gourmandes. Les équivalents temps plein occupés par les collaborateurs gérés et payés par Actiss sont au nombre de 92. "Plus d’un tiers était des salariés en CDI et a démissionné pour nous rejoindre, comme remède à la routine", témoigne Alexandra Glais. Une situation qui peut se vivre dans l’autre sens puisque l’ancienneté au sein d’Actiss s’élève en moyenne à trois ans, le "turn-over positif" - à savoir l’engagement par une entreprise d’un salarié auparavant partagé- étant commun.

Les salariés d’Actiss se partagent entre plusieurs entreprises, dont les motivations sont diverses : des besoins insuffisants pour un temps plein ou limités à certaines périodes de l’année. "Il peut s’agir également d’évaluer leurs besoins dans de nouveaux domaines, comme la cybersécurité par exemple", souligne Lionel Méheut, responsable de l’usine Atlantem (170 M€ de CA en 2021, 1 000 salariés) de Pontivy et membre du conseil d’administration. "Ça leur permet de bénéficier de compétences à moindre coût, avec des profils qui ont fait leurs preuves, mais aussi d’obtenir une certification, par exemple", assure Alexandra Glais.

Deux tiers de femmes

S’il y a dix ans, la majorité des salariés d’Actiss exerçaient dans l’industrie, ils sont désormais les trois quarts à évoluer dans le domaine tertiaire, notamment dans les domaines des fonctions support ou la sécurité. Deux tiers sont des femmes et la moyenne d’âge se situe autour de la quarantaine. "Nous enregistrons 600 nouveaux candidats par an", signale Jean-Marc Chevalier, dirigeant de la société de constructions métalliques éponyme (16 M€ de CA en 2021 et 100 salariés, basée à Loudéac) et membre du conseil d’administration, pour qui l’activité d’Actiss se définit comme le "polyamour de l’emploi".

Un amour qui a un coût pour les clients : l’inscription se monte à 100 euros par entreprise pour celles de moins de 20 salariés, à 200 euros pour les autres, tandis que la cotisation annuelle s’élève respectivement à 150 et à 250 euros.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition