Côtes-d'Armor

Culture

Le château de Bienassis mise sur les visites immersives

Par Julien Uguet, le 15 mai 2019

Le château de Bienassis, à Erquy a collaboré avec la société Immersion Tools à Saint-Brieuc pour développer un concept unique de visite en réalité virtuelle de son histoire.

Les visites de Bienassis commencent par une "plongée" dans un univers virtuel grâce aux masques de réalité augmentée permettant de visionner et de mieux comprendre toute l’histoire du château d'Erquy, du XIVe siècle à aujourd’hui.
Les visites de Bienassis commencent par une "plongée" dans un univers virtuel grâce aux masques de réalité augmentée permettant de visionner et de mieux comprendre toute l’histoire du château d'Erquy, du XIVe siècle à aujourd’hui. — Photo : @DR

La genèse

Le château de Bienassis, monument historique classé bâti entre les XVe et XVIIe siècles à Erquy (Côtes-d'Armor), est ouvert à la visite depuis les années 1950. Soutenu par une association qui pilote une partie des animations, le site accueille autour de 12 000 visiteurs par an. « Depuis quelques années, les visites dites classiques de château, seul ou avec un guide, ont tendance à attirer moins de public, décrit Nathalie Huguet, gestionnaire de ce site, que sa famille possède depuis 1880. Il faut innover constamment afin de surprendre le public et se différencier de la concurrence. »

Un premier pas a été réalisé dans ce sens, en 2014, avec la création d’un son et lumière s’appuyant sur une technologie multimédia projetant une fresque sur la façade. En 2017, c'est un "escape game" (jeu d'évasion) qui est imaginé dans les remparts du château, en collaboration avec la société costarmoricaine Sekred Labs. En 2018, l’association a intensifié cette dynamique, en créant un film 3D historique immersif.

Le projet

Désormais, les visites de Bienassis commencent par une "plongée" dans un univers virtuel, grâce aux masques de réalité augmentée permettant de visionner et de mieux comprendre toute l’histoire du château, du XIVe siècle à aujourd’hui. « Les 30 casques ne sont pas là pour remplacer le guide, qui reste un élément indispensable à la visite, mais uniquement pour permettre une vision des modifications architecturales au fil des époques, confirme Nathalie Huguet. La partie historique devient l’élément charnière du parcours. »

Ce film de réalité augmentée a été créé par la société Immersion Tools, basée à Saint-Brieuc. Fondée par Philippe Carrez, elle est spécialisée dans le développement de solutions immersives et mobiles. « Globalement, l’investissement est de 50 000 euros sur ce premier projet », confie Nathalie Huguet.

Les perspectives

Par le développement de cette nouvelle offre de visite, le château de Bienassis remplit deux objectifs. « Le premier était de stopper la baisse de la fréquentation, confirme Nathalie Huguet. Cette offre 3D y a contribué, comme l’ensemble des autres animations mises en place depuis deux ans. On voit des profils de visiteurs qui n’auraient jamais poussé les portes du site avant, notamment beaucoup de jeunes. » Le second objectif était de participer au développement des usages du numérique dans un lieu de patrimoine. « L’enjeu est désormais de poursuivre et d’intensifier cette dynamique. D’une durée actuelle de 10 minutes, l’immersion doit être allongée pour la prochaine saison estivale afin de surprendre. Nous allons également développer une offre vers le public scolaire. »

Les visites de Bienassis commencent par une "plongée" dans un univers virtuel grâce aux masques de réalité augmentée permettant de visionner et de mieux comprendre toute l’histoire du château d'Erquy, du XIVe siècle à aujourd’hui.
Les visites de Bienassis commencent par une "plongée" dans un univers virtuel grâce aux masques de réalité augmentée permettant de visionner et de mieux comprendre toute l’histoire du château d'Erquy, du XIVe siècle à aujourd’hui. — Photo : @DR

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture