Côtes-d'Armor

Transport

L’aéroport de Lannion met la clé sous la porte

Par Julien Uguet, le 13 février 2018

Le syndicat mixte de l’aéroport de Lannion a acté la fin de la délégation de service public pour relier le Trégor à la capitale. Chalair assurera toutefois le service jusqu’au 23 mars.

Photo : DR

Clap de fin pour la ligne commerciale Lannion-Paris en service depuis près de 60 ans. Le syndicat mixte de gestion de l’aéroport, qui avait relancé un appel d’offres pour la délégation de service public suite à la contestation du précédent par le recalé Twin Jet, a décidé de jeter l’éponge. Les dossiers déposés par Regourd Aviation et Chalair, actuel gestionnaire de la ligne, se sont révélés en total décalage avec la volonté des élus locaux de limiter la mise sous perfusion qui n’avait que trop duré pour cette infrastructure.

Un déficit annuel dépassant 3 millions d'euros

L’aéroport de Lannion est déjà financé à hauteur d’environ 3 millions par an uniquement pour combler le déficit de l’unique ligne commerciale dont le trafic s’était établi à 21 248 passagers en 2017, contre 29 000 en 2016. La fréquentation était de 52 000 en 2005 puis de 41 000 en 2008. Au final, cet outil, jugé pourtant stratégique pour de nombreuses entreprises du Trégor, n’aura jamais réussi son pari de la diversification vers d’autres créneaux de marché, comme l’accueil d’une compagnie low-cost ou le développement d’une aviation d’affaires.

Des navettes pour Brest et Guingamp

Jusqu’au 23 mars inclus, Chalair continuera de proposer deux allers-retours quotidiens du lundi au vendredi et un aller-retour le dimanche en fin de journée, soit 22 vols hebdomadaires, dans des ATR 42 de 46 sièges. Des navettes devraient être mises en place pour convoyer la clientèle professionnelle vers l'aéroport de Brest-Guipavas et la gare de Guingamp.

Photo : DR

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture