Côtes-d'Armor

Textile

La marque de vêtements Jo Bigorneau se révèle au salon Made in France

Par Matthieu Leman, le 22 novembre 2021

La jeune marque costarmoricaine de vêtements de plage Jo Bigorneau vient de participer au Salon du Made in France. Une première expérience mitigée mais une étape de plus pour l’entreprise basée à Lancieux, qui développe deux nouveaux produits.

Les deux frères Quentin (à gauche), 28 ans, et Geoffrey Groussard, 31 ans, ont fondé Jo Bigorneau.
Les deux frères Quentin (à gauche), 28 ans, et Geoffrey Groussard, 31 ans, ont fondé Jo Bigorneau. — Photo : Matthieu Leman

Investir près de 10 % de son chiffre d’affaires dans un salon, c’est ce qu’on appelle un coup de poker. C’est ce qu’ont osé Quentin et Geoffrey Groussard, les deux frères qui se trouvent à la tête de Jo Bigorneau, la marque de vêtements de plage (ou beachwear) basée à Lancieux (Côtes-d'Armor).

Du 11 au 14 novembre 2021, derrière et devant leur stand au Salon du Made in France, les deux Costarmoricains ont fait sensation en maillot de bain et en tong. "Ça nous a valu une belle visibilité", témoigne Quentin, 28 ans, qui gère parallèlement un magasin de vêtement à Rennes. Les jeunes entrepreneurs ont récolté une petite dizaine de contacts de boutiques intéressées par la distribution de leurs produits. Un bilan satisfaisant mais qui se révèle décevant en termes de ventes. "On nous avait vanté l’aspect commercial du salon mais on pensait à mieux. De l’avis général, c’était moins bon que les années précédentes." Jo Bigorneau a quand même écoulé une cinquantaine de ses produits, tongs, shorts de bain, tee-shirt et casquettes, pour un chiffre d’affaires autour de 3 000 euros. De quoi rentrer dans les frais de la jeune société créée fin 2018 et transformée en SAS un an plus tard, qui a réalisé un chiffre d’affaires HT de 10 000 euros en 2020, qui devrait atteindre 25 000 euros en 2021.

Des ventes en hausse de 200 % sur internet

Si la petite entreprise bénéficie de sept distributeurs, des boutiques situées de la Normandie à Arcachon, elle réalise l’essentiel de ses ventes sur son site internet. "On en est à une progression de 200 % par cette voie, grâce à un travail d’optimisation du référencement", témoignent les deux frères. Geoffrey, qui est accessoirement également interne en chirurgie, dessine tous les modèles, trouvant son inspiration dans une histoire familiale foisonnante. Quant à la fabrication, elle est donc 100 % française : les tee-shirts sont produits à Saint-Pouange dans l'Aube, les casquettes en Loire-Atlantique, les tongs en Isère et les shorts à Saint-Malo en Ille-et-Vilaine, chez Kerdier Technology. "Même si nous ne sommes pas encore dans le 100 % recyclage, nous avons une démarche de développement durable, avec une fabrication la plus locale possible, dans des entreprises familiales, où nous allons régulièrement", expliquent encore les deux passionnés de surf. Un choix qui a un coût mais assumé. "Nous aurions pu faire appel à l’eldorado portugais mais nous privilégions l’humain et la qualité irréprochable."

Deux produits en développement

L’avenir se conjugue en deux nouveaux produits en cours de développement. Le premier est un tee-shirt anti UV, résistant au sel de mer et au chlore, destiné à la baignade et aux sports nautiques. "On fait appel à la société Sofileta, en Isère, qui nous fournit déjà le tissu de nos shorts de bain qui sont assemblés à Saint-Malo." Un produit qui pourrait bénéficier également du développement du longe côte. Jo Bigorneau travaille également sur des tongs premium, en cuir et semelle très résistante. "Nous investissons tous nos bénéfices. On a des rêves de grandeur mesurée. Nous aimerions embaucher, pourquoi pas dès 2022, quelqu’un pour la partie commerciale et marketing, et nous cherchons un show-room ici, à Lancieux. Nous aimerions devenir la marque référence sur la Côte d’Émeraude."

Les deux frères Quentin (à gauche), 28 ans, et Geoffrey Groussard, 31 ans, ont fondé Jo Bigorneau.
Les deux frères Quentin (à gauche), 28 ans, et Geoffrey Groussard, 31 ans, ont fondé Jo Bigorneau. — Photo : Matthieu Leman

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail