Côtes-d'Armor

Agroalimentaire

La Maison Jouffe ouvre un site de production de bières et spiritueux

Par Matthieu Leman, le 19 septembre 2022

La Maison Jouffe, basée à Saint-Lormel, est passée à une étape supplémentaire de son développement. La PME familiale, qui élaborait et distribuait des bières et spiritueux fabriqués par des partenaires, a ouvert un complexe comprenant une brasserie et une distillerie, ainsi qu’un bar restaurant et une cave. Avec pour ambition de doubler son chiffre d’affaires en deux ans.

Laurent Jouffe a créé la Maison Jouffe en 2002.
Laurent Jouffe a créé la Maison Jouffe en 2002. — Photo : Matthieu Leman

La Maison Jouffe (1 M€ de CA en 2021, 14 collaborateurs) a ouvert en début d’été à Saint-Lormel un complexe qui allie cave, restaurant, bar et un site de production de bière et de spiritueux. Un projet dont toutes les composantes ne sont pas encore achevées (la partie restauration et la production de bières ont débuté) et dont le coût croît à mesure de l’inflation et des idées nouvelles pour atteindre plus d’1,3 million d’euros.

L’entreprise, précédemment installée à Dinan, a vu sa notoriété exploser en 2018, lorsqu’elle a lancé un pastis breton. "Nous avons vécu un tsunami médiatique", se souvient Laurent Jouffe, président de la PME et, depuis cette année, associé avec son fils Axel et son neveu Julien Saillard-Jouffe. L’entreprise, qui élabore, embouteille et distribue des bières (marque Argwen) et des spiritueux (cognac, calvados, rhum…) dont la production est assurée par des partenaires, pensait vendre 500 bouteilles par an de son nouveau produit iconoclaste. Elle en a écoulé à ce jour plus de 175 000. Vendus via trois marques destinées chacune à un circuit de distribution spécifique, le Brastis (CHR), Vieux Briscard (GMS) et Brazanis (grossistes) ont décidé Laurent Jouffe à faire passer La Maison Jouffe à "l’étape suivante".

Premières productions de bières

Le site de Saint-Lormel compte deux bâtiments de 800 m² et de 500 m². La brasserie a commencé son activité et devrait sortir 1 000 hectolitres de bière par an, qui viendront s’ajouter à la production du partenaire qui jusqu’alors fabriquait les trois recettes : blonde, blanche et IPA. La distillerie qui devrait entrer en fonction en fin d’année produira du gin, de la vodka, du whisky et du lambig (eau-de-vie de cidre). Des animations culturelles et festives sont prévues au restaurant, à l’instar du Brastival qui a eu lieu les 3 et 4 septembre et servi d’inauguration informelle du site. Il pourrait accueillir également des événements associatifs ou économiques. 300 bières, spiritueux et vins sont disponibles à la vente et à la carte du restaurant.

Développer le spiritourisme et l’export

Autre pan du projet, Laurent Jouffe a l’ambition de créer un circuit de "spiritourisme", à l’instar de ce qui existe pour le vin. "J’aimerais attirer ces visiteurs en Bretagne pour des visites ludiques sur les sites des producteurs bretons, à travers des circuits organisés qui comprendraient également des visites du patrimoine local", explique le Costarmoricain. Ancien responsable d’une partie du grand export du Groupe Rouiller, avant de créer son entreprise en 2002, l’entrepreneur qui connaît bien l’Asie notamment aimerait aussi fédérer ces producteurs bretons pour développer leurs ventes à l’international. "Plutôt que d’avoir un petit stand seul, nous pourrons mieux présenter nos boissons et la marque Bretagne." L’export représentait jusqu’à 80 % des ventes des produits de la Maison Jouffe avant la pandémie.

"Nous sommes une petite société avec des grands rêves", sourit Axel Jouffe. Avec ces premières réalisations, le chiffre d’affaires de l’entreprise familiale devrait doubler en deux ans.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition