Côtes-d'Armor

Agroalimentaire

La Crêperie de Guerlédan se lance dans le surgelé

Par Matthieu Leman, le 20 juin 2022

Les Saveurs de Haute Bretagne, connues sous sa marque Crêperie de Guerlédan, se lancent dans le surgelé. La PME, qui fabrique des crêpes et galettes principalement à destination de la GMS, entend diversifier sa clientèle. Parallèlement, elle sécurise son approvisionnement en sarrasin en créant une filière avec des agriculteurs et un minotier.

Johann Bazin a repris en 2019 la Crêperie de Guerlédan, qui va fêter ses 20 ans cet été.
Johann Bazin a repris en 2019 la Crêperie de Guerlédan, qui va fêter ses 20 ans cet été. — Photo : Matthieu Leman

Les Saveurs de Haute Bretagne, qui commercialisent ses produits sous la marque Crêperie de Guerlédan, se lancent dans le surgelé. La PME de 50 salariés rachetée en 2019 par Johann Bazin, qui produit des galettes fraîches et sèches à longue conservation, a investi 500 000 euros dans un surgélateur et dans un groupe CO2 pour lancer une gamme de ses crêpes et galettes sur le marché du surgelé. Objectif du dirigeant : élargir ses débouchés, l’entreprise ayant réalisé en 2021 80 % de ses 5,5 millions d’euros de chiffre d’affaires avec la GMS.

"Nous allons diversifier notre portefeuille clients en allant chercher de l’export et en nous adressant à l’hôtellerie, aux parcs d’attractions…", explique le chef d’entreprise. Ces équipements seront installés dans les locaux actuels de l’entreprise, à Guerlédan, dans les Côtes-d’Armor. L’entrepreneur reste pour l’instant discret sur les objectifs de cette nouvelle activité, qui débutera en juillet. Mas il envisage d’ores et déjà de nouveaux investissements liés à cette nouvelle activité du surgelé : un nouveau module, dédié au stockage au froid, devrait être ajouté au bâtiment de l’entreprise dans les deux à trois ans.

Une filière sarrasin

Cette quête de nouveaux débouchés s’accompagne d’une sécurisation des approvisionnements. Pour s’assurer d’un bon approvisionnement en sarrasin et tenter d’en maîtriser son coût, qui a augmenté de 100 % en un an, Johann Bazin a développé une filière réunissant l’entreprise, des agriculteurs et un minotier. "Cela nous permet d’avoir un prix sur trois ans et une garantie que les agriculteurs remettent du sarrasin en culture, alors qu’ils peuvent être tentés d’aller vers d’autres cultures qui présentent moins de fluctuations de rendement", souligne le Costarmoricain. La plante vient à 50 % de Bretagne et à 100 % de France. La majorité des fournisseurs de la PME est locale, avec par exemple la livraison quotidienne de lait cru fermier par une exploitation voisine.

Les familles des salariés seront invitées à visiter l’entreprise à l’occasion de ses 20 ans, cet été.
Les familles des salariés seront invitées à visiter l’entreprise à l’occasion de ses 20 ans, cet été. - Photo : Matthieu Leman

Cette démarche environnementale et sociétale, mise en avant par Johann Bazin, comprend également une politique zéro gaspillage. Les déchets solides de galettes sont revendus à un éleveur de porcs en plein air, tandis que les déchets liquides partent en méthanisation. Les produits invendus sont retirés à J-2 de leur date limite de consommation et donnés aux Restos du Cœur. Les mégots produits par les salariés fumeurs sont même transformés en mobilier urbain par la start-up MéGO !, tandis que les emballages de matière première sont également valorisés.

Trois gammes différentes

Depuis son arrivée en 2019, l’ancien étudiant de Sup de co La Rochelle a travaillé sur l’effet de gamme, avec trois codes couleur : rouge pour la gamme conventionnelle (qui pèse 3 millions d’euros de chiffre d’affaires), vert pour le bio (10 des 35 références, CA d’1 million d’euros) et doré pour les recettes à l’ancienne (1,5 million d’euros de CA). Le volet commercial a également été travaillé avec la création de cinq nouvelles tournées quotidiennes, qui permettent de livrer plus d’enseignes de GMS. Ces ventes directes sont complétées par des placements en centrales d’achats pour la Normandie et les Pays de la Loire. La restauration hors domicile (20 % du CA) a également été développée avec le lancement de produits dédiés. Enfin, au-delà des crêpes et galettes fraîches, et des produits secs longue conservation, l’entreprise propose également des chips au sarrasin.

Les Saveurs de Haute Bretagne comprennent également Nature et galettes, la marque dédiée aux magasins spécialisés bio créée en 2019, qui représente 2 % du chiffre d’affaires total.

De formation commerciale, Johann Bazin a travaillé les domaines marketing et commercial de la Crêperie de Guerlédan.
De formation commerciale, Johann Bazin a travaillé les domaines marketing et commercial de la Crêperie de Guerlédan. - Photo : Matthieu Leman

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition