Côtes-d'Armor

Numérique

Hoali veut encourager les bars à distribuer du vrac liquide

Par Matthieu Leman, le 02 décembre 2022

La petite entreprise costarmoricaine Hoali, qui accompagne les collectivités et les entreprises dans leur démarche pour promouvoir la gourde et ainsi réduire les emballages, veut inciter les bars et les cafés à devenir des boutiques de vrac liquide. La jeune entreprise devrait effectuer une levée de fonds début 2023.

Alexandre Solacolu entend prendre le lead d'un consortium pour la fabrication made in France d'une gourde standardisée, transparente et graduée.
Alexandre Solacolu entend prendre le lead d'un consortium pour la fabrication made in France d'une gourde standardisée, transparente et graduée. — Photo : Matthieu Leman

Créée en 2018 à Trégueux, la TPE Hoali (200 000 euros de chiffre d’affaires en 2022, 4 salariés) continue de faire évoluer son activité avec, comme constantes, la lutte contre les déchets et la promotion de la gourde.

Après avoir cartographié les points d’eau publics à partir de 2019, l’entreprise a réitéré deux ans plus tard avec les établissements susceptibles de faire profiter leur fontaine à eau, par exemple, toujours pour permettre d’y remplir sa gourde. "Ils sont 1 200 aujourd’hui et une dizaine est ajoutée chaque semaine", se félicite Alexandre Solacolu, le fondateur d'Hoali avec Fred Ghenassia.

Aujourd’hui, Hoali passe à une troisième étape de son activité. "Après avoir créé de la valeur écologique en permettant aux possesseurs de gourde de se passer de bouteilles en plastique, après avoir développé la valeur d’usage et d’expérience en multipliant les lieux où remplir sa gourde, nous passons maintenant à la création de valeur économique pour les cafés-hôtels-restaurants (CHR)", reprend le chef d’entreprise, ancien juriste en droit maritime, qui a commencé l’aventure pour ne plus voir de déchets plastiques dans les ports.

Établissements "gourde friendly"

Cette nouvelle phase passe par la promotion auprès des bars, et plus largement des CHR, d’un nouveau marché qui s’ouvre à eux. "Nous souhaitons les faire devenir des boutiques de vrac liquide et obtenir ainsi un relais de chiffre d’affaires. S’ils peuvent remplir les gourdes avec de l’eau, ils peuvent également le faire avec de la bière, des jus, des sodas", plaide Alexandre Solacolu.

Pour permettre aux établissements "gourde friendly" (un nom déposé par Hoali) de se multiplier, la jeune entreprise veut aider à la conception de la "gourde idéale", selon les prescriptions de la loi Anti-gaspillage pour l’économie circulaire. "La loi dit que les établissements sont tenus d’accepter les gourdes si elles sont propres et adaptées", précise Alexandre Solacolu. "Nous voulons participer à la création d’un standard en termes d’usage en prenant le lead d’un consortium pour la fabrication made in France d’une gourde qui soit transparente, graduée, d’au moins 50 cl et avec un gros goulot, pour qu’elle réponde aux contraintes réglementaires et sanitaires."

Hoali, qui revendique une communauté de 100 000 visiteurs uniques sur son site, gagne de l’argent en accompagnant les collectivités et offices de tourisme (deux tiers de l’activité), ainsi que les entreprises, à développer sur leur territoire ou dans leurs locaux la démarche "gourde friendly". La PME devrait lever entre 200 000 et 300 000 euros début 2023 afin de structurer son équipe commerciale. Son objectif est de multiplier par trois son chiffre d’affaires en 2023 et atteindre une centaine d’entreprises (contre une quinzaine à fin octobre) et une cinquantaine de collectivités (contre une vingtaine) clientes.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition