Côtes-d'Armor

Emploi

Point de vue Et si on parlait un peu salaire…

Par Julien Uguet, le 14 juin 2018

Plus de 20 000 postes « potentiels » sont à pourvoir en 2018 en Côtes-d’Armor. Malgré l'offre, les entreprises ont du mal à recruter et doivent peut-être s’interroger sur le montant des salaires proposés.

Photo : Le Journal des Entreprises

Les chiffres ne souffrent d’aucune contestation. La reprise est effective dans de nombreux secteurs. Les investissements étant repartis durablement à la hausse, les besoins en main-d’œuvre, qualifiée ou non, leur ont logiquement emboîté le pas. La dernière enquête réalisée par Pôle Emploi en la matière confirme d’ailleurs cette tendance de fond. Près de 20 600 postes « potentiels », selon le déclaratif des chefs d’entreprise, sont à pourvoir en 2018 en Côtes-d’Armor. Du jamais vu depuis 10 ans !

Pourtant, paradoxalement, le sentiment de rencontrer des difficultés pour recruter du personnel n’a jamais été aussi fort. Les annonces transmises à Pôle Emploi, mises en ligne sur Le Bon Coin ou relayées par des cabinets privés de recrutement restent souvent lettre morte. Peu ou pas de candidats, des profils en décalage avec les compétences nécessaires, etc. Alors que les carnets de commandes se remplissent, la déception, teintée de frustration, grandit.

Julien Uguet, journaliste et responsable d'édition Côtes-d'Armor au "Journal des Entreprises". - Photo : Séverine Gervois Taquet Photographe

Si le manque de motivation ou de qualification des candidats sont deux éléments à prendre en compte, les chefs d’entreprise doivent aussi s’interroger sur le montant des salaires proposés. Pas question de surpayer bien entendu, mais davantage de payer « juste » notamment au regard des missions demandées. Trop souvent, plombé par une politique d'un Smic ultra-subventionné, le décalage avec la réalité reste encore trop important.

Alors certes, dans un contexte de marges toujours serrées, cela nécessite une prise de risque supplémentaire. Certains patrons costarmoricains, qui ont compris cet enjeu stratégique, ne souffrent plus de problèmes de recrutement. Leur politique salariale attractive, mais mesurée, est même devenue un élément d’attractivité et de fidélisation de leurs collaborateurs. Ils sont encore trop peu nombreux.

Ce billet a été publié dans Le Journal des Entreprises n°372, juin 2018, édition Côtes-d’Armor.

Photo : Le Journal des Entreprises

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture