Saint-Brieuc

Cosmétique

En forte croissance, le fabricant de savons et cosmétiques responsables Capitaine développe le façonnage

Par Matthieu Leman, le 03 juin 2022

Capitaine, fabricant de savons et produits cosmétiques naturels, solides et responsables, se développe fortement depuis deux ans. Son activité façonnage explose et l’entreprise briochine va décliner son concept-store lancé il y a un an dans ses locaux du quai Armez, à Saint-Brieuc.

Marc Pillonetto a créé Capitaine en décembre 2017.
Marc Pillonetto a créé Capitaine en décembre 2017. — Photo : Matthieu Leman

Capitaine est porté par des vents favorables. Après avoir doublé son chiffre d’affaires en 2021, l’élevant à 600 000 euros, le fabricant de savons et produits cosmétiques naturels et responsables a vu son activité progresser de 30 % sur un an depuis le début de 2022. "Nous avons lancé l’entreprise en décembre 2017, avec des difficultés au démarrage, puis il y a eu le Covid : il fallait être gaillard", estime Marc Pillonetto, le dirigeant venu du sud de la France.

Cette croissance, menée sur un marché porteur, s’appuie sur plusieurs ressorts. Le lancement de produits, tout d’abord. Capitaine, qui compte dix salariés, commercialise une cinquantaine de produits solides (savons, shampooings, baumes de corps, baumes à lèvres…), à laquelle vont s’ajouter deux nouveaux. Avant la fin de l’été, un démaquillant bio et zéro déchet et une mousse à barbe vont être lancés.

1 200 points de vente

Autre vent porteur de l’entreprise installée sur les quais du port du Légué, le façonnage pour des marques spécialisées et des acteurs de la distribution, sur lesquels le dirigeant reste secret pour cause de confidentialité. "Cette partie représente aujourd’hui 20 % de l’activité mais je ne peux pas vous dire combien ce sera dans un an, c’est en gros développement", se réjouit Marc Pillonetto.

Enfin, Capitaine, qui distribue ses produits principalement en B to B (70 %) mais aussi par l’intermédiaire de grossistes et de plateformes digitales (15 % chacun), pour un total de 1 200 points de vente, va décliner le concept-store qu’il a installé dans ses locaux depuis un an (chiffre d’affaires non dévoilé). "Il est basé sur la transversalité avec une unité pour le consommateur : trouver des produits à forte valeur ajoutée humaine et environnementale." Outre les produits de Capitaine, on y trouve sur 80 m² des produits artisanaux comme des sacs confectionnés avec des voiles recyclées, des conserves de la Paimpolaise, du sel local… Deux implantations de ce concept-store baptisé La Fonderie vont être réalisées dans les mois qui viennent sur la côte bretonne.

Ouverture vers l’export

Pour accompagner son développement, la jeune entreprise est à la recherche de trois collaborateurs dans les domaines de la production -réalisée sur place- de la logistique et du commercial. Capitaine vient par ailleurs d’adhérer à Bretagne Commerce International pour développer l’export, notamment à destination des pays d’Europe du nord. La participation à des salons à l’étranger a permis à l’entreprise de commencer à vendre en Espagne, Belgique, Suisse et Allemagne.

Les produits de l’entreprise costarmoricaine répondent aux trois exigences édictées par Marc Pillonetto : naturalité, responsabilité et efficacité du produit. Fabriqués notamment grâce au procédé de la saponification à froid (qui évite le chauffage des huiles), ils sont solides et leurs matières premières sont naturelles et locales si elles sont disponibles en Bretagne. C’est le cas pour le lait, les coquilles d’huître qui servent d’exfoliant et l’huile de chanvre, par exemple. Le packaging, dont une partie est fabriquée par Mizenboite (Pordic), est limité voire absent. Capitaine a également développé un présentoir conçu pour la vente en vrac de ses produits. "Nous sommes bien placés, ici sur les bords du Légué, pour mesurer l’impact direct de la pollution. Le message "Ici, commence la mer" (tiré d’une campagne de sensibilisation à la pollution de l’agglomération briochine, NDLR), qu’on peut lire devant les égouts, est également valable dans votre salle de bains."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition