Côtes-d'Armor : Le campaniste Alain Macé mise sur l'alternance

Par Julien Uguet, le 08 septembre 2016

Depuis 2013, quatre alternants ont rejoint les équipes de l'entreprise Alain Macé à Trégueux, société notamment spécialisée dans l'ingénierie des clochers. La PME s'appuie sur une formation qualifiante proposée par la CCI 22.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Fondée en 1979, l'entreprise Alain Macé, spécialisée dans l'art campanaire, a déménagé, en juillet 2015 de Plaine-Haute à Trégueux. L'investissement d'un million d'euros dans la réfection d'un bâtiment de 2.000 m² lui a permis d'améliorer le confort de ses salariés, d'augmenter sa visibilité... sans pour autant régler ses problèmes réguliers de recrutement.

Des problèmes récurrents de recrutement
« Les locaux sont plus séduisants, comme les métiers de la société, mais nous avons toujours du mal à trouver des profils de technico-commercial pour de l'ingénierie des clochers, l'installation de protection contre la foudre, la sécurisation des accès en hauteur, etc., précise Franck Perrin-Morel, dirigeant de l'entreprise aux côtés de sa femme, et fille du fondateur, Cynthia Perrin-Morel. L'absence de formation qualifiante dans notre secteur fait que nous n'avons pas de viviers de main-d'oeuvre qualifiée. Nous avons appris à nous débrouiller par nous-mêmes. » Pôle Emploi, les petites annonces de la presse quotidienne régionale et même Le Bon Coin font partie des canaux de recrutement d'Alain Macé. « Cela nous demande beaucoup de temps avec un taux d'échec élevé. »

Une rencontre inattendue avec la CCI
En 2012, la CCI des Côtes-d'Armor le démarche pour lui proposer d'accueillir un alternant. « Nous avons dit banco car l'idée était séduisante. Le personnel du centre de formation réalise le sourcing ainsi qu'une première sélection selon nos critères. Nous n'avons plus qu'à recevoir les deux ou trois candidats et mesurer leur motivation ». Depuis, trois autres alternants sur des fonctions d'attaché-commercial se sont succédés. « Nous en avons embauché deux, un a quitté l'entreprise et le dernier vient de nous rejoindre. »

Un nécessaire accompagnement
Franck Perrin-Morel confirme que l'accompagnement de la CCI a été primordial dans la réussite des embauches. « C'est un filtre efficace et une formation adaptée à nos contraintes. Bien entendu, il faut prendre en compte que l'alternant est absent une semaine par moi pour aller en cours mais on tire des forces de cette absence. Les gens reviennent encore plus motivés et qualifiés. C'est aussi une opportunité pour former des tuteurs accompagnants dans l'entreprise ». Convaincu par le contrat de professionnalisation, le patron d'Alain Macé confirme que les prochains recrutements s'effectueront via ce canal. « Pour la partie atelier, nous avons quelques apprentis mais le gros de nos besoins reste des technico-commerciaux qui ont à la fois le sens du commerce, et l'envie de vendre des produits innovants et atypiques. »

Alain Macé
(Trégueux)
02 96 42 96 68
www.alain-mace.fr

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail