Agroalimentaire

Coronavirus : Le Gouessant mobilise 50 réservistes pour assurer la continuité de ses activités

Par Julien Uguet, le 25 mars 2020

Spécialiste de la nutrition animale, la coopérative Le Gouessant, basée à Lamballe (Côtes-d’Armor) et présente dans le grand Ouest, finalise un plan de formation de réservistes afin d’assurer la continuité de ses activités en cas de montée en puissance de la menace épidémique.

Rémi Cristoforetti, directeur général de la coopérative Le Gouessant à Lamballe.
Rémi Cristoforetti, directeur général de la coopérative Le Gouessant à Lamballe. — Photo : @DR

La gestion de crise est une notion que la coopérative Le Gouessant à Lamballe (Côtes-d’Armor) maîtrise relativement bien. Déjà impacté par les grèves de fin d’année 2019 sur la réforme de retraite, le spécialiste français de la nutrition animale s’est mobilisé rapidement dès la mise en place des mesures de confinement. « Nos salariés ont, comme nous tous, des appréhensions mais leur engagement a été total et est à saluer, précise Rémi Cristoforetti, directeur général du Gouessant. Nous constatons que la bienveillance est de mise entre eux mais que surtout, collectivement, chacun cherche des solutions et des astuces pour que les mesures de protection cohabitent avec nos activités. À l’heure actuelle, tous nos sites fonctionnent normalement, nos camions livrent, etc. » Preuve de cet engagement, sur 780 collaborateurs, une trentaine seulement manquent actuellement à l’appel. « C’est dans ce contexte que l’on mesure ce que le terme coopération signifie », assure Rémi Cristoforetti.

Polyvalence et substitution

Pour assurer la continuité de son organisation, Le Gouessant finalise la création d’une réserve qui lui permettra, en cas de montée en puissance de la menace épidémique, de limiter un manque éventuel de personnel stratégique. « L’idée est qu’un technico-commercial ou un technicien production végétale puisse conduire une ligne en usine, explique Rémi Cristoforetti. Nous avons fait appel à des volontaires et, là aussi, nous avons fait face à un afflux de demandes. 50 salariés finalisent actuellement une formation en interne dite de substitution qui leur permettra de mettre en pratique cette polyvalence stratégique en cas de problème. »

« À défaut de s’amuser avec la bourse, des fonds spéculatifs viennent jouer avec la nourriture. C’est scandaleux et dangereux. »

Au niveau de ses activités de nutrition animale, Le Gouessant confirme que la problématique du coût du transport et de certaines matières premières est au cœur de ses préoccupations. « Nous sommes des gros consommateurs de fret et le fait que le bâtiment s’arrête engendre un surcoût puisque les trains qui convoient les céréales reviennent désormais à vide, confirme Rémi Cristoforetti. Sur les matières premières, on voit aussi certains cours flamber, comme ceux du blé ou du soja. Il faut le dire clairement. À défaut de s’amuser avec la bourse, des fonds spéculatifs viennent jouer avec la nourriture. C’est scandaleux et dangereux. »

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail