Côtes-d'Armor

Agroalimentaire

Cooperl fait face à une pénurie de containers pour exporter sa viande de porc congelée en Chine

Par Julien Uguet, le 27 février 2020

Cooperl, le leader français du cochon, qui exporte 10 % de ses volumes en Chine, est notamment touché par un manque de containers pour exporter sa viande congelée. La faute notamment à l'épidémie de coronavirus Covid-19 qui sévit dans ce pays depuis décembre.

Emmanuel Commault, directeur général de Cooperl Arc Atlantique, et Patrice Drillet, président de la coopérative porcine de Lamballe.
Emmanuel Commault, directeur général de Cooperl Arc Atlantique, et Patrice Drillet, président de la coopérative porcine de Lamballe. — Photo : @DR

Avec 30 % de ses volumes expédiés à l’international, le géant Cooperl (2,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires, 7 000 salariés) a fait de l’export un axe de croissance depuis de nombreuses années. La Chine représente aujourd’hui l’un des principaux partenaires de la coopérative des Côtes-d'Armor : 10 % de ses exportations ont été réalisées vers Pékin en 2019.

« Nous approvisionnons le pays en viande de porc congelée, précise Anne-Marie Boullier, secrétaire générale de Cooperl. Après une réduction des expéditions en janvier, à la suite de la fermeture des ports chinois durant les festivités du Nouvel An, les chargements qui devaient reprendre ont été perturbés par les grèves et les tempêtes successives. Et désormais par le coronavirus qui limite nos chargements, du fait de la pénurie de containers disponibles en Europe. »

Des usines chinoises à l’arrêt

L'épidémie de coronavirus, qui prend sa source dans la province du Wuhan, a eu deux impacts majeurs sur les activités de Cooperl. D’un côté, les usines chinoises n’ont pas repris leur activité à la fin des congés du Nouvel An, marquant un arrêt de la production industrielle. De l’autre, les ports chinois n’ont également pas relancé leur activité, ce qui a engendré leur congestion et des retards en livraison.

« La pénurie de containers Reefer en Europe est la conséquence d’un blocage de ces équipements en Asie, ce qui entraîne un stock élevé dans nos entrepôts de congélation en France », ajoute Anne-Marie Boullier.

Des reports en Europe

La coopérative costarmoricaine espère apercevoir une amélioration de la situation mi-mars. « Nous constatons une demande forte en viande de porc en Europe, du fait de la réduction importante de la production au Danemark, Pays-Bas et Allemagne, ainsi que de la propagation de la fièvre porcine africaine dans les pays de l’Europe de l’Est, confirme Anne-Marie Boullier. Le déclin du coronavirus semble se confirmer en Chine. Les autorités tablent sur une reprise de l’activité industrielle la semaine prochaine. »

Emmanuel Commault, directeur général de Cooperl Arc Atlantique, et Patrice Drillet, président de la coopérative porcine de Lamballe.
Emmanuel Commault, directeur général de Cooperl Arc Atlantique, et Patrice Drillet, président de la coopérative porcine de Lamballe. — Photo : @DR

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail