Côtes-d'Armor

Industrie

Confiant dans l'avenir, Ventil'Ouest-Samti muscle son outil de production

Par Matthieu Leman, le 19 janvier 2022

Ventil’Ouest-Samti, fabricant et poseur de gaines de ventilation en sous-traitance, a vu son activité augmenter de 10 % en 2021, malgré les difficultés de recrutement et la flambée des prix de l’acier. Le groupe investit dans son outil de production et ses locaux pour poursuivre sa progression.

Laurent Servanin, co-dirigeant de Ventil'Ouest-Samti.
Laurent Servanin, co-dirigeant de Ventil'Ouest-Samti. — Photo : Matthieu Leman

Né en 1982, le spécialiste des tuyaux de ventilation, Ventil’Ouest-Samti, a été repris en 2020 par Laurent Servanin et Laurent Finance, qui s’occupent respectivement de la partie fabrication des gaines de ventilation (historiquement Ventil’Ouest) et de l’activité de pose (Samti). Depuis, les investissements se multiplient pour l’ensemble qui a réalisé plus de 3,8 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2021, dont 2,5 millions d’euros pour la fabrication, en hausse de 10 % pour l’ensemble.

L’outil de production s’est ainsi enrichi d’une nouvelle presse plieuse, installée en décembre, qui permettra d’augmenter la capacité de pliage de l’entreprise. Cet effort financier de 110 000 euros a bénéficié du plan de relance du gouvernement à hauteur de 40 %. "Grâce à cette aide, une cerise sur le gâteau, nous avons pu acquérir un chariot élévateur électrique", se réjouit Laurent Servanin.

Un nouveau toit

L’année en cours ne sera pas en reste avec le changement du logiciel de découpe qui optimisera notamment le travail sur la table de découpe plasma et permettra une traçabilité des pièces. En ce début d’année, le rachat des locaux de la société basée à Plérin jusqu’alors locataire va se concrétiser. Le prix de ces 1 100 m² de locaux de production, de ces 450 m² de stockage et des 80 m² de bureaux restera secret. Au contraire des travaux qui seront réalisés sur le toit de la partie production. "Ils consisteront en la dépose du toit actuel pour le remplacer par un bac acier isolé", reprend le dirigeant. "Ces travaux qui augmenteront le confort des salariés et entraîneront des économies d’énergie, avec la pose conjointe de lampes Led, s’élèveront à 150 000 euros."

Le groupe, qui se compose également d’une activité chaudronnerie située dans les mêmes locaux (20 % du chiffre d’affaires, trois personnes dédiées), compte 20 salariés et se trouve perpétuellement à la recherche de nouveaux collaborateurs, notamment des poseurs. "Nous en recherchons au moins deux ou trois, qui accepteront les déplacements du lundi au jeudi soir", explique le Costarmoricain. Les chantiers sur lesquels intervient l’entreprise costarmoricaine, pour leur grande majorité des bâtiments professionnels, se situent pour 75 % en Bretagne mais également en Normandie et en Pays de la Loire. La refonte du site internet devrait encore élargir le secteur d’activité géographique. Ce manque d’employés freine le développement de l’entreprise, qui propose des prestations de fourniture seule ou couplée à l’offre de pose. "Nous sommes contraints de refuser beaucoup de chantiers à cause de ces postes non pourvus."

Optimisme malgré les prix des matières premières

Autre élément perturbateur dans la progression, le prix des matières premières. Ventil’Ouest-Samti produit deux gammes : une gamme standard de conduites spiralées et une gamme sur-mesure de gaines rectangulaires. Or, une grande majorité des gaines spiralées est réalisée en acier galvanisé, qui a subi une hausse de prix de 125 % en 2021. "Heureusement, nous avions sur-stocké dès le début de la pandémie", se souvient Laurent Servanin, dont l’entreprise agit en sous-traitance pour les plombiers chauffagistes. "Nous avons tapé dans nos marges mais depuis l’automne 2021, nous avons répercuté les hausses, comme le font nos clients dans leurs appels d’offres."

Des problèmes qui sont cependant étouffés par l’optimisme du chef d’entreprise concernant son terrain de jeu principal. "Il est prévu que la Bretagne accueille dans les prochaines années 400 000 nouveaux habitants. Il faudra bien construire des écoles, des supermarchés pour eux. Et puis l’agroalimentaire porte la région."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition