Côtes-d'Armor

Agroalimentaire

Comment les porcs de Cooperl vont produire de l'énergie verte pour la ville de Lamballe

Par Julien Uguet, le 08 février 2018

La coopérative agroalimentaire Cooperl s’équipe d’un poste d’injection pour raccorder au réseau de distribution de la ville de Lamballe (Côtes-d'Armor) le biogaz produit à partir de 2019 par son méthaniseur. Un outil unique en France.

156 000 tonnes de coproduits organiques d'origines agricole et agroalimentaire passeront par le méthaniseur pour produire du biogaz et des engrais naturels. — Photo : DR

Leader français de l'abattage et de la transformation du porc en France, Cooperl Arc Atlantique à Lamballe vient de débuter les travaux de construction d'une unité de méthanisation pour valoriser en énergie renouvelable les produits organiques des élevages porcins. Plus de 16 millions d'euros sont investis.

Baptisé Émeraude bio-énergie, le projet produira 79 millions de kilowattheures de gaz vert permettant d’alimenter 75% de la consommation locale de la ville de Lamballe (Côtes-d'Armor) soit environ 3 100 maisons. GRDF accompagne la coopérative depuis l’origine en 2013 en réalisant toutes les études techniques liées à l’injection dans le réseau. Dans les prochains mois, GRDF effectuera le raccordement de l’installation, puis la maintenance de l’installation d’injection et l’exploitation du réseau.

Un outil unique en France

Ce site de production est le plus gros projet d’injection de biogaz de France dans le réseau de distribution exploité par GRDF. Les deux structures ont officialisé ce contrat lors du salon Biogaz Europe 2018 de Nantes. 156 000 tonnes de coproduits organiques d'origines agricole et agroalimentaire, dont 40 000 tonnes issues d’une centaine d’élevages, passeront par le méthaniseur Cooperl pour produire du biogaz et des engrais naturels.

En plus de contribuer au développement du gaz vert, Émeraude bio-énergie permettra de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 30 000 tonnes équivalentes CO2 correspondant aux émissions annuelles de 15 000 voitures neuves.

156 000 tonnes de coproduits organiques d'origines agricole et agroalimentaire passeront par le méthaniseur pour produire du biogaz et des engrais naturels. — Photo : DR