Côtes-d'Armor

Agroalimentaire

BioArmor s'investit dans une démarche RSE

Par Julien Uguet, le 19 janvier 2021

En réflexion depuis un an, la société BioArmor à Plaintel investit dans une démarche de Responsabilité Sociale de l’Entreprise (RSE) avec pour objectif d’être certifiée sous trois ans.

Laurent Rio, PDG de BioArmor à Plaintel.
Laurent Rio, PDG de BioArmor à Plaintel. — Photo : @DR

Faire entrer la RSE ou Responsabilité Sociale de l’Entreprise, au cœur de la stratégie de l’entreprise. Tel est l’objectif que s’est fixé Laurent Rio, PDG de la société BioArmor à Plaintel, spécialisée dans les produits naturels pour la nutrition, l’hygiène et l’environnement de l’élevage. « Le confinement, paradoxalement, nous a donné le temps collectivement de réfléchir aux fondamentaux et aux objectifs de l’entreprise. J’avais cette réflexion de faire entrer la RSE au cœur de notre quotidien depuis un an mais sans avoir pris le temps de franchir le pas. Je pensais aussi qu’une telle démarche était réservée aux grands groupes, plus structurés et organisés pour se lancer dans des certifications de ce type. »

Du sens en interne et en externe

À la sortie du premier confinement, Laurent Rio décide de lancer toute l’entreprise dans un projet à trois ans. « Avec nos activités autour de la préservation de l’environnement en lien avec le monde de l’élevage, nous remplissons déjà de nombreux critères exigés par les différents labels RSE. Toutefois, l’idée n’était pas de se lancer avec un seul objectif de reconnaissance à des fins de marketing et de communication. Il fallait que tout cela ait du sens en interne comme en externe. »

Pour mener à bien cette mission, BioArmor (9 millions d’euros de chiffre d’affaires, 43 salariés) s’est doté d’une ressource humaine entièrement dédiée à l’impulsion de la stratégie d’entreprise RSE. « C’était essentiel afin d’amener un œil neuf et extérieur sur nos pratiques pour aider tous les salariés à se poser les bonnes questions, confirme Laurent Rio. Je prends l’exemple des chocolats de Noël. Depuis des années, nous offrions à nos clients du chocolat d’un grand industriel suisse alors qu’il est possible de faire travailler des entreprises locales. Sur le papier, cela semble évident à faire mais pris dans la routine du quotidien d’une PME, on oublie souvent de remettre ce type de petites choses à plat. »

Stratégique au niveau commercial

La nouvelle chargée de mission, Olivia Grenes, a pour objectif de permettre à BioArmor d’accéder à la certification B-Corp. « La culture de la certification est aussi un des ADN de la société puisque de nombreux labels nous sont demandés par nos clients, ajoute Laurent Rio. Toutefois, avec une démarche RSE on voit plus large. On va se reposer par exemple les questions de nos fournisseurs d’énergie, de notre logistique transport, de la pertinence ou non d’installer des panneaux solaires sur le toit de l’usine de Plaintel, etc. »

Pour BioArmor, l’enjeu de décrocher une labellisation RSE est aussi commercial. « Depuis quelques mois, nos grands comptes demandent à leurs fournisseurs, comme nous, s’ils sont engagés dans cette voie en laissant planer cette petite musique que ce sera, demain, un élément de décision dans leur choix entre plusieurs partenaires industriels », précise Laurent Rio.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition