Lannion

Numérique

Apitic adapte son logiciel aux révolutions de la restauration

Par Matthieu Leman, le 21 octobre 2021

Apitic, qui propose un logiciel de caisse et de gestion multicanal aux professionnels de la restauration et des métiers de bouche, vient de lancer plusieurs nouveaux modules adaptés à l’évolution rapide du secteur. L’entreprise lannionnaise vient également d’intégrer le programme Booster Bretagne de la Région.

Anne-Cécile Le Quéré, directrice commerciale et marketing, et Fabien Bellanger, directeur de la R & D, sont deux "historiques" d’Apitic.
Anne-Cécile Le Quéré, directrice commerciale et marketing, et Fabien Bellanger, directeur de la R & D, sont deux "historiques" d’Apitic. — Photo : Matthieu Leman

Comme les fours à pizza chez certains de ses clients, Apitic fait feu de tout bois. Le spécialiste des logiciels de caisse et gestion réseaux dans les domaines de la restauration et des métiers de bouche vient de lancer ces derniers mois plusieurs modules. Ils sont venus enrichir son offre, un logiciel SAS, c’est-à-dire sous licence mensuelle, Apitic en restant propriétaire. "Notre principale activité est de proposer un écosystème complet d’outils d’encaissement et de gestion multicanal", explique Anne-Cécile Le Quéré, directrice commerciale et marketing et l’une des fondatrices de la société lannionaise, née en 2010.

Ces nouveaux modules figurent parmi la cinquantaine d’outils que propose l’entreprise à ses clients, qui peuvent les activer ou pas selon leurs besoins. Le premier est la possibilité pour le client de commander depuis la table, via un QR Code. Le second, lancé en juin et baptisé ApiBill, permet aux consommateurs de régler la note à table, depuis un QR Code ou le ticket de caisse. Ils peuvent la diviser et donner des pourboires. "Ces deux modules permettent d’accompagner la satisfaction client mais également de pallier les difficultés de recrutement des enseignes, tout comme les bornes de commandes", souligne la Bretonne.

Gérer les dark kitchen

Le module ApiSmile, lancé en juillet, permet un encartement de programme fidélité dématérialisé. Hub est une plateforme qui permet au restaurateur de piloter toutes ses cartes sur tous les opérateurs de livraison. Autre application qui suit l’évolution du marché de la restauration, Multimarque, disponible depuis fin septembre, est destiné aux professionnels des food hall, composés de corners de vente, et des dark kitchen, ces cuisines qui produisent uniquement pour les livraisons, sans recevoir de clients. "Beaucoup d’enseignes ont plusieurs marques et testent leurs nouveaux concepts dans les points de vente existants", témoigne Anne-Cécile Le Quéré.

L’entreprise qui compte une quarantaine de salariés pour un chiffre d’affaires en 2020 de deux millions d’euros a également développé un partenariat avec Samsung et Verifone. "Nous commercialisons des bornes de commandes prêtes à l’emploi, qui comprennent nos logiciels et le terminal de paiement à partir de 169 euros par mois en location achat sur 48 mois. Grâce à ce partenariat commercial, nous démocratisons le parcours client pour les petits prestataires et plus globalement pour les enseignes et métiers de bouche."

Un appel d’offres qui pourrait booster l’entreprise

Qu’ils soient modestes ou grands, comme La Boîte à pizza ou Pitaya, les clients d’Apitic peuvent satisfaire leur soif de digitalisation, du traitement des commandes à la gestion des achats, de la cuisine à la salle, en passant par l’encaissement. "La restauration est sans doute le secteur le plus en avancé dans le domaine de la digitalisation de ses points de vente. Notre solution permet d’agréger et d’interconnecter tous les services et d’échanger des infos en temps réel sur des écrans avec les clients, les collaborateurs ou des intervenants extérieurs comme les livreurs." Une concentration qui favoriserait également l’environnement. "Comme tout est intégré, l’économie de requêtes permet d’avoir un bilan carbone de 20 à 30 % moins lourd que d’autres logiciels", assure la directrice. Apitic a également accompagné certains de ses clients dans leur déploiement à l’étranger, adaptant son logiciel aux réglementations et certifications locales. Mais l’export ne représente pas une ambition de développement, même si les systèmes d’Apitic sont entièrement disponibles à l’internationale et que l’entreprise pourrait être portée par une croissance à l’international sur le second trimestre 2022.

La société présidée par l’un de ses autres cofondateurs, Stéphane Statiotis, vient d’intégrer le programme Booster Bretagne de la Région. "Ces formations vont faire naître chez nous de nouvelles solutions pour aiguiser le fonctionnement et le développement d’Apitic", soutient la Costarmoricaine. En attendant, peut-être, d’atteindre une dimension supplémentaire si l’appel d’offres pour lequel l’entreprise figure dans une short list de deux compétiteurs se révèle gagnant. Équiper ce gros du secteur permettrait de booster son chiffre d’affaires de 30 %. En attendant, il est attendu en hausse de 10 % en 2021.

Anne-Cécile Le Quéré, directrice commerciale et marketing, et Fabien Bellanger, directeur de la R & D, sont deux "historiques" d’Apitic.
Anne-Cécile Le Quéré, directrice commerciale et marketing, et Fabien Bellanger, directeur de la R & D, sont deux "historiques" d’Apitic. — Photo : Matthieu Leman

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail