Allot Frères : L'ébéniste d'art veut conquérir l'étranger

Par Julien Uguet, le 05 décembre 2008

Depuis le début du XIXesiècle, la famille Allot perpétue, dans la région de Loudéac, la tradition du travail du bois sous toutes ses formes. Spécialisée dans la copie de mobiliers anciens, l'entreprise s'appuie sur neuf corps de métiers. De quoi accompagner la stratégie de croissance à l'international.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Véhiculer l'histoire française par le meuble. Depuis plus de trente ans, les ateliers Allot Frères, implantés à Loudéac, s'attachent à suivre ce précepte. Spécialisée dans l'ébénisterie d'art à travers la copie et la restauration de mobiliers anciens, l'entreprise s'appuie sur un savoir-faire entièrement manuel inégalable. «Nos clients ont une totale confiance dans la qualité de nos produits, souligne René Allot, seul aux commandes de la structure suite au retrait de son frère Michel en 1997. Nous sommes également capables de répondre à des demandes personnalisées, même pour des pièces uniques.»




Neuf corps d'artisanat

Créée en 1860 à la Prénessaye, Allot Frères regroupe aujourd'hui neuf corps d'artisanat. Autant de métiers mettant en valeur le bois sous toutes ses formes. Menuiserie en meuble, menuiserie en siège, sculpture sur bois, marqueterie, laque/dorure, vernissage, tapisserie, ébénisterie et depuis quelques mois laque de Chine du XVIIIesiècle. «L'intégration des compétences s'est révélée nécessaire car, faute de diplôme officiellement reconnu, certaines allaient disparaître petit à petit, confie Ronan Allot, fils de René et représentant de la 8e génération. L'arrivée de nouveaux métiers s'est effectuée au fil des ans avec la reprise de l'entreprise par mon oncle et mon père en 1979. Grâce à eux, nous disposons aujourd'hui de 20 compagnons hautement qualifiés, passionnés et fiers de perpétuer, chacun à leur manière la tradition du meuble à la française.»




Marché de niche à forte valeur ajoutée

Forte d'un chiffre d'affaires d'un peu plus de 1million d'euro, Allot Frères peut s'appuyer sur une clientèle fidèle répartie de façon égale entre le marché breton, le reste de la France et l'étranger. «Nous évoluons sur la niche de l'achat plaisir à forte valeur ajoutée. À ce titre, nous exportons chez des architectes ou des décorateurs d'intérieurs dans nombreux pays à travers le monde, comme la Corée du Sud, l'Allemagne, les États-Unis, etc. Notre objectif est d'intensifier notre présence à l'international sur les régions émergentes, et ce, même si la concurrence, notamment de la part des pays asiatiques, est de plus en plus forte.» L'ébéniste de Loudéac s'est vu remettre par le ministère du commerce et de l'artisanat le label d'entreprise du patrimoine vivant (EPV). «Cette distinction honore toute notre famille présente dans les métiers du bois depuis les années 1800.» L'histoire aurait pourtant pu mal se finir. Frappés par un incendie courant 1999, qui avait détruit l'ensemble des ateliers de production, les ateliers Allot Frères avaient perdu la quasi-totalité de ses patrons. «Il a fallu reconstituer un patrimoine de 800 modèles. C'est un travail de longue haleine qui est en passe d'être achevé 10 ans plus tard.»

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture